ce département discret compte le plus de châteaux privés en France


Contrée discrète du nord-ouest de la France, connue pour ses bocages et son industrie textile et laitière, la Mayenne figure parmi les départements où l’on trouve le plus de châteaux habités.

Il surgit au bout d’une butte, ça y est. D’abord, ses murs immenses et ses taches de rousseur. Ensuite, son toit en ardoise et ses fenêtres en tuffeau. Un château, un vrai, avec des douves, un donjon et des jardins renaissances. Derrière le portail, vit une famille, les Cauchois, propriétaires depuis 2003 du domaine des Arcis, à Meslay-du-Maine. Un tableau idyllique qu’on pourrait croire exceptionnel. Mais non. Des édifices comme celui-ci, il y en a beaucoup, ici, en Mayenne. À tel point que le département serait celui où il y a le plus de châteaux habités en France, selon l’office de tourisme du département.

La réalité est sans doute plus nuancée. « C’est impossible à certifier, car cela nécessiterait un recensement au niveau local et national qui n’a jamais été effectué », explique Sabrina Dalibard, directrice du patrimoine du département de la Mayenne. Certaines sources parlent de 600 châteaux dont 400 habités, d’autres évoquent le chiffre de 300. N’empêche. « Il y a environ 250 communes en Mayenne et au moins voire plusieurs châteaux par village », ajoute Pierrick Barreau, chercheur de l’inventaire du patrimoine. Rien qu’à Meslay-du-Maine, moins de 3000 âmes, il y en a trois.

«Vous voyez Le Mans, vous voyez Rennes ? C’est entre les deux»

Le château de la Grande Courbe, à Brée, est une ancienne demeure seigneuriale datant du XIIIe siècle.
Pascal Beltrami / Mayenne Tourisme

La Mayenne, département vallonné du nord-ouest de la France, que les Français ont du mal à placer sur une carte et que les habitants situent en disant ceci : «Vous voyez Le Mans, vous voyez Rennes ? C’est entre les deux». La Mayenne, connue pour son bocage, son industrie textile et laitière, ses bateaux-lavoirs uniques en Europe et son équipe de foot au maillot orange. Pour ses châteaux ? Pas vraiment. Pour comprendre leur présence, il faut revenir plusieurs siècles en arrière et raviver quelques désaccords.

Voir aussi :  MON VOYAGE EN THAÏLANDE | 1 JOURNÉE À BANGKOK | VLOG#1 | Shelby Bj

Lorsque Louis Philippe accède au trône en 1830, des spécialistes expliquent que les châtelains mayennais ne l’auraient pas soutenu, lui préférant Louis XVIII. Résultat, les familles n’auraient pas envoyé l’aîné faire le service militaire. «Ces jeunes se sont retrouvés à vivre dans leur propriété mayennaise (…), où ils ont pu développer l’agriculture», expliquait en 2021 à Ouest France Hervé Gérolami, délégué régional de l’association des Vieilles maisons françaises. Un retour à la terre ? Pierrick Barreau n’y croit pas, le chercheur avance une autre piste. «Les grands propriétaires mayennais sont souvent des familles issues du négoce des toiles qui ont obtenu la noblesse et se sont implantées dans le paysage local. Par ailleurs, la Mayenne est un département conservateur et légitimiste vis-à-vis du roi, ce qui peut expliquer cette vie dans les châteaux.»

Une diversité architecturale

Forteresse de brique et de tuffeau, le château de Mortiecrolles a été reconstruit à la fin du 15es à la croisée du style gothique et renaissance.
Mayenne Tourisme

À vrai dire, une seule explication aurait été trop simple dans ce territoire complexe situé entre Maine, Anjou, Normandie et Bretagne. C’est d’ailleurs ce qui fait la force des châteaux mayennais : leur diversité architecturale. «Dans le nord du département, on trouve des fortifications en granit, comme en Bretagne», souligne Sabrina Dalibard. C’est le cas du château de Lassay (1458), l’un des plus remarquables de la région, avec ses huit tours, ses courtines (murs) et ses deux ponts-levis. Dans le sud du département, « on a des châteaux inspirés par l’Anjou, car les matériaux présents dans le sol sont semblables », complète Pierrick Barreau. En témoigne le château de Mortiercrolles (XVe), avec son alternance de brique rouge et de tuffeau. Ou encore celui des Arcis et ses ardoises typiques de la région.

Voir aussi :  Un monde de parfums de crème glacée

Pour aller aux Arcis, il faut prendre la départementale 21 vers Meslay-du-Maine puis un chemin à droite deux kilomètres après la sortie du bourg. Le château est 600 mètres plus loin, derrière les champs, invisible depuis la route. « Quand on est arrivés en 2003, on s’est rendu compte que les habitants du village ne connaissaient même pas ce château », explique Catherine Cauchois, la propriétaire. C’est une des raisons pour lesquelles les châteaux mayennais sont méconnus : ils sont dissimulés. «Ici, la mentalité, c’est pour vivre heureux, vivons cachés», sourit Sabrina Dalibard. Les agents du département ont d’ailleurs noté un phénomène : les propriétaires dressent des forêts ou des haies devant leur propriété. « Alors que les châteaux avaient été construits pour être vus, beaucoup d’édifices en Mayenne sont devenus invisibles », remarque Pierrick Barreau.

« Les Mayennais et les pouvoirs publics n’ont parfois pas conscience de la poésie de leur territoire »

Catherine Cauchois

Édifié à partir du XIIIe siècle, le château de Bourgon, près de Montsûrs, a gardé son pont à trois arches qui date de la guerre de cent ans.
Pascal Beltrami / Mayenne Tourisme

Depuis plusieurs années, des propriétaires tentent d’inverser la dynamique. Ils ouvrent leurs portes, organisent des visites. En 2018, certains d’entre eux ont créé l’association Quatre Pa(s) en Mayenne. « On pense qu’il important de promouvoir ce patrimoine local, car les Mayennais et les pouvoirs publics n’ont parfois pas conscience de la poésie de leur territoire », estime Catherine Cauchois, à l’initiative de l’association. Ensemble, ils ont lancé la route des Joyaux de la Mayenne : 15 châteaux à visiter, qui n’ont rien à envier à leurs voisins angevins ou tourangeaux. Récemment, le Département a d’ailleurs été contacté par l’association des Châteaux de la Loire. «Ils nous ont demandé si on voulait être rattachés à leur réseau, raconte Sabrina Dalibard. Quand on est historiens de l’art, on sait que les châteaux mayennais n’ont rien à voir avec ces édifices construits par les rois, mais cela montre l’intérêt grandissant pour notre patrimoine.»

Voir aussi :  Bloodstained: Ritual of the Night OST - 04 - Voyage of Promise



Source link

Vous aimerez aussi...