En Roumanie, ces forêts primaires pourraient bientôt devenir le «Yellowstone européen»


Menacées par l’activité humaine, les forêts des monts Făgăraș dans la région de Transylvanie pourraient constituer le plus grand parc national forestier du continent à l’initiative d’une association de préservation de l’environnement.

C’est une destination surtout connue des voyageurs pour le château de Bran, aussi appelé «château de Dracula», mais sans doute un peu moins pour ses forêts et montagnes sauvages. La Transylvanie, région située au centre de la Roumanie et au sud de la chaîne des Carpates, veut s’illustrer en matière de tourisme responsable. La Foundation Conservation Carpathia, association privée de préservation de l’environnement, souhaite y créer le plus grand parc national forestier d’Europe, de la même envergure que le parc national de Yellowstone, aux États-Unis.

Cette nouvelle réserve sauvage occuperait 200.000 hectares dans les monts Făgăraș, dont les forêts abritent aigles royaux, ours bruns, sangliers et lynx. La Roumanie est l’un des pays les plus boisés d’Europe avec six millions d’hectares de forêts, dont une grande partie encore vierge de toute activité humaine. Mais le développement industriel entrepris après la chute du communisme menace ce trésor national.

Une protection juridique pour les forêts primaires

«La vie moderne met la région de plus en plus sous pression. Surtout après que le gouvernement roumain a commencé à céder les terres en 2004, les forêts vierges ont été menacées par l’exploitation forestière, le surpâturage des prairies alpines, le manque de bonne gestion de la faune et les projets de développement destructeurs», détaille la Foundation Conservation Carpathia. Cela a «déclenché des coupes à blanc massives sur ces terres restituées et plusieurs milliers d’hectares de forêts ont été exploités illégalement, posant une grave menace à l’intégrité de l’écosystème des Carpates».

Voir aussi :  Kazakhstan

La création d’une nouvelle réserve nationale permettrait de racheter des terres et des droits de chasse et «obtenir le niveau de protection juridique le plus élevé pour au moins 2000 hectares de forêts naturelles». Le projet prévoit également la réintroduction de bisons et de castors dans le sud des monts Făgăraș, le tout avec la participation de communautés locales et au moyen de programmes de volontariat. D’ici la concrétisation du projet, l’association propose avec son agence Travel Carpathia des excursions à la découverte de la faune et de la flore de la région en compagnie d’un guide bénévole.

Déforestation massive en Roumanie: un crime contre nature

Accéder au diaporama (5)



Source link

Vous aimerez aussi...