Que voir, que faire à Séoul ? Nos visites et activités incontournables


GUIDE – Des ruelles bordées de hanoks de Bukchon aux grandes artères clignotantes de Gangnam, voici les incontournables à découvrir lors d’un séjour dans la fourmillante capitale de Corée du Sud.

Avec près de 10 millions d’habitants et plus de 500 quartiers différents, Séoul apparaît au visiteur comme une cité pleine de contrastes. Cernée par les montagnes et séparée en deux par le majestueux fleuve Han, la mégapole juxtapose sans logique apparente tours ultramodernes, barres d’immeubles d’habitation, ruelles grouillantes et palais agrémentés de vastes jardins.

Capitale de la dynastie coréenne des Joseon de 1392 à 1910 puis colonie japonaise jusqu’en 1945, la ville est sortie de la guerre de Corée en ruines. Elle a connu ensuite une lente renaissance, qui semble aujourd’hui presque achevée. Surprenante et créative, gourmande et débordante d’énergie, Séoul s’impose désormais comme une destination phare en Asie.

Le palais de Changdeokgung, pour son sublime jardin secret

Le palais de Changdeokgung, pour son sublime jardin secret.
Nathan Derrick / Nathan – stock.adobe.com

S’il n’est pas le plus connu, ce magnifique palais royal est sans aucun doute notre préféré à Séoul. Riche de 13 bâtiments monumentaux en bois, dont une impressionnante salle du trône ornée de plafonds à caisson peints, ce « palais de la Prospérité » se déploie au sein d’un grand parc épousant le relief naturel des lieux.

Cette technique d’aménagement paysager atteint des sommets dans le sublime « jardin secret » du Biwon, dont les gracieux pavillons entrent en harmonie avec les allées, bois et lacs existants, remodelés par quelque jardinier esthète.

Palais de Changdeokgung, 99 Yulgok-ro, Jongno-gu, Seoul.

  • À découvrir aussi : le palais de Gyeongbokgung , encore plus imposant avec ses murailles percées d’une gigantesque porte.

Le Leeum Museum of Art, pour ses enthousiasmantes expositions

Le Leeum Museum of Art, pour ses enthousiasmantes expositions.
Jean Tiffon / Le Figaro

Ouvert par la fondation Samsung, ce musée s’impose comme un must de Séoul, et pas uniquement pour les amateurs d’art. Sur une colline du quartier tendance d’Itaewon, il est logé dans trois différents bâtiments qui communiquent, dessinés respectivement par Mario Botta, Jean Nouvel et Rem Koolhaas… Excusez du peu !

Qu’elles soient permanentes ou temporaires, les expositions présentées ici permettent de profiter d’un riche panorama sur l’art et la culture coréenne, des collections de céladons anciens aux œuvres d’artistes contemporains en vue comme Suki Seokyeong ou Kim Beom.

Voir aussi :  Plongée au Similan sur le spot de koh bone en 2009 avec les raies manta

Leeum Museum of Art, 60-16 Itaewon-ro 55-gil, Yongsan-gu, Seoul.

  • À voir aussi : le musée national d’art moderne et contemporain (MMCA ), installé entre un bâtiment Art déco et de nouvelles ailes à l’architecture translucide.

Le quartier d’Insa-Dong, pour faire le plein d’artisanat

Le quartier d’Insa-Dong, pour faire le plein d’artisanat.
Mirko – stock.adobe.com

Relativement épargné par les destructions, ce quartier constitué de pittoresques ruelles piétonnes est riche en échoppes d’artisans. Certes, de nombreuses boutiques de souvenirs sont venues se mêler à l’ensemble mais on débusque encore d’authentiques fabricants de pinceaux et brosses pour la calligraphie, des pourvoyeurs en papiers et carnets faits main, des vendeurs de masques traditionnels ou des céramistes spécialisés dans le céladon.

Plus actuel, le centre Ssamzigil regroupe artisans et créateurs d’aujourd’hui autour d’une étonnante cour-patio en colimaçon.

Ssamzigil, 44 Insadong-gil, Jongno-gu, Seoul.

  • À visiter aussi : le National Folk Museum , fascinante vitrine de la vie traditionnelle et des arts coréens.

Le Gwangjang Market, pour s’initier à la street food coréenne

Le Gwangjang Market, pour s’initier à la street food coréenne.
Jean Tiffon / Le Figaro

C’est souvent l’un des éléments déclencheurs d’un voyage en Corée : la gastronomie. D’une richesse et d’une singularité incomparables, la « K Food » régale autant qu’elle surprend. Si les restaurants sont innombrables à Séoul – dont 176 référencés au Guide Michelin –, les marchés de street food offrent une bonne entrée en matière pour goûter aux spécialités populaires. Ouvert depuis 1905, le Gwangjang Market fait référence : on y trouve un grand nombre de stands et comptoirs servants tteokbokki (pâtes de riz servies dans une sauce épicée), odeng (croquettes de poisson), bindaetteok (pancakes aux haricots mungo), sundae (boudins) ou kimbap (makis coréens).

Gwangjang Market, 88 Changgyeonggung-ro, Jongno-gu, Seoul.

  • À tester aussi : les pojangmacha, ces restos de rue protégés par un auvent et pourvus de quelques tables.

Le quartier de Bukchon, pour ses hanok traditionnels

Le quartier de Bukchon, pour ses hanok traditionnels.
Jean Tiffon / Le Figaro

Accroché aux pentes de Jongno-gu, le « village » de Bukchon reste l’un des quartiers les plus emblématiques de Séoul. C’est en effet l’un des rares à avoir conservé son habitat traditionnel de hanok, ces maisons en bois protégées par de hauts murs en pierre et couvertes de tuiles sombres.

Certaines d’entre elles ont été converties en boutique hotels ou en guesthouses, tandis que d’autres accueillent cafés, boutiques ou galeries d’art. Le coin étant devenu très touristique, ne pas hésiter à s’écarter des artères principales pour retrouver un peu de tranquillité.

Voir aussi :  Depuis Kyoto, voyage dans le temps à la découverte du Japon de l'ère Edo

Bukchon Village, Bukchon-ro 11, Jongno-gu, Seoul.

Le Dongdaemun Design Plaza, pour son architecture futuriste

Le Dongdaemun Design Plaza, pour son architecture futuriste.
Jean Tiffon / Le Figaro

Industrieux et commerçant, le quartier de Dongdaemun abrite depuis toujours de nombreux marchés : tissus, vêtements, ustensiles de cuisine ou ferraille se répartissent au sein d’un réseau de ruelles, passages et entrepôts. À quelques pas de cet univers traditionnel, le Dongdaemun Design Plaza dénote sacrément !

Dessiné par Zaha Hadid, ce bâtiment futuriste de 86 000 m2 ressemble à un immense vaisseau spatial aux formes ondulées. Il accueille un centre culturel consacré au design ainsi qu’un vaste complexe de loisirs. Ouverts sur la ville, espaces intérieurs et extérieurs, publics ou privés, s’entremêlent avec naturel.

Dongdaemun Design Plaza, 281 Eulji-ro, Jung-gu, Seoul.

  • À voir aussi : l’extension en verre du New City Hall de Séoul, formant une vague absolument renversante.

Le temple de Bongeunsa, pour une parenthèse méditative

Le temple de Bongeunsa, pour une parenthèse méditative.
Jean Tiffon / Le Figaro

À quelques enjambées du gigantesque Starfield Coex Mall, le temple de Bongeunsa offre un moment de sérénité bienvenu. Bâti sur une petite colline boisée, il se compose de différents temples et pagodes, tous ou presque décorés de belles peintures traditionnelles.

En suivant le Meditation Trail, on tombera forcément sur le pavillon renfermant un adorable salon de thé, au décor très intimiste. Au menu, des infusions et thés coréens ou étrangers (Chine, Japon, etc.), servis chauds ou froids. Un endroit où flotte une atmosphère très zen…

Bongeunsa Temple, 531 Bongeunsa-ro, Gangnam-gu, Seoul.

Le quartier de Hongdae, pour une immersion dans la K Pop

Le quartier de Hongdae, pour une immersion dans la K Pop.
BUSARA – stock.adobe.com

Proche de l’université de Hongik, le quartier tapageur de Hongdae est essentiellement fréquenté par la jeunesse étudiante séoulite. Elle apprécie l’ambiance fiévreuse et bruyante qui règne ici presque tous les soirs, entre boutiques aux couleurs criardes, cafés aux concepts farfelus, fast-foods graillonneux, karaokés en série et bars un rien décadents.

Voir aussi :  Lasky - Visions spirituelles (Prod by SoulFyah Productions) #voyage #inde #vietnam #thailande

C’est également ici que les fans de K Pop sont de sortie, avec leurs looks inspirés par ceux des derniers groupes à la mode : jupes d’écolières, sweat-shirts oversized, crop tops en dentelle ou costumes néogothiques forment un joyeux mélange.

Hongdae St, 94 Eoulmadang-ro, Mapo-gu, Seoul.

  • À explorer aussi : le quartier de Myeongdong, riche en magasins liés à la K Pop et à ses Idols.

La colline de Namsan, pour une bouffée d’air

La colline de Namsan, pour une bouffée d’air.
sayan – stock.adobe.com

Située en plein cœur de la ville, la colline de Namsan s’élève à 262 m au-dessus de Séoul. On peut y grimper par le funiculaire, offrant des vues spectaculaires, mais aussi y monter à pied en empruntant des chemins et escaliers qui traversent bois et jardins.

Au printemps, pruniers et cerisiers se couvent de fleurs tandis qu’à l’automne, ce sont les érables et autres ginkos qui se parent de belles couleurs chaudes. Au sommet, l’emblématique N Seoul Tower, haute de 236 m, attend ceux qui voudraient tutoyer les cieux.

Yongsan-dong 2(i)-ga, Yongsan-gu, Seoul.

  • À faire aussi : une balade le long du Cheonggyecheon, étonnant cours d’eau de 6 km autrefois recouvert par une autoroute.

Gangnam, pour garder le style

Gangnam, pour garder le style.
Keitma – stock.adobe.com

Sur la rive sud du fleuve Han, le quartier hérissé de tours de Gangnam est réputé pour ses enseignes de luxe et ses adresses tendance, comme du côté d’Apgujung-ro, où Dior a ouvert une spectaculaire boutique dessinée par Christian de Portzamparc.

Sur les avenues alentours, ce sont les cliniques de chirurgie esthétique qui jouent à touche-touche, vantant leurs mérites en façade. Autour du Coex Mall, une sculpture monumentale représentant les deux poings de l’artiste Psy rend hommage à Gangnam Style, tube planétaire qui a déclenché la hallyu, la nouvelle vague coréenne qui déferle désormais sur le monde.



Source link

Vous aimerez aussi...