ce qui va changer dans les prochaines semaines


De nouveaux créneaux de rendez-vous vont ouvrir en mai et juin, avec des efforts supplémentaires consentis par le gouvernement pour multiplier les prises de rendez-vous.

À quelques mois des vacances d’été, la question en angoisse certains. Pourront-ils ou non obtenir à temps leur carte d’identité ou leur passeport ? La situation n’échappe à personne : depuis près de deux ans, les délais pour renouveler son titre d’identité ont explosé. Il faut encore attendre en moyenne entre 66 et 69 jours pour obtenir un rendez-vous en mairie, puis 23 jours pour fabriquer et faire acheminer la pièce d’identité. Face à la situation, un «nouveau plan d’urgence» a été annoncé, alors que les demandes de renouvellement devraient exploser en 2023. 14 millions de Français devraient refaire leurs papiers, contre 9 millions l’année précédente.

La Première ministre, Elisabeth Borne, s’est ainsi engagée ce vendredi, lors d’un déplacement dans l’Indre, à diviser par deux d’ici à l’été les délais pour obtenir une carte d’identité ou un passeport. Ces délais, seront ramenés «à 30 jours cet été» et «à 20 jours à l’automne», a précisé la cheffe du gouvernement. Il s’agit, a-t-elle complété, d’arriver à «1,8 million de rendez-vous par mois», soit un doublement par rapport à il y a un an.

ÉCOUTEZ NOTRE PODCAST – Comment obtenir son passeport plus rapidement ?

Avant son intervention, le plan consistait déjà à ouvrir 200.000 nouveaux créneaux en mai, et 200.000 autres en juin. Un effort rendu possible par le déploiement dès la fin avril de 500 nouveaux dispositifs de recueil : autrement dit, les guichets chargés de recueillir les empreintes digitales afin de réaliser les papiers d’identité. En effet, 70% des communes n’en ont qu’un seul.

Voir aussi :  Nouvelle Calédonie : les îles du bout du monde - Échappées belles

«En 2022, nous avions déployé 600 dispositifs de recueil supplémentaires pour des communes déjà dotées. Mais cette année, nous nous sommes concentrés sur de nouvelles mairies, jusqu’ici non équipées», explique Anne-Gaëlle Baudouin, directrice de l’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS), au Figaro. Avec un accent mis sur les communes rurales.

Car l’objectif est aussi de réduire les inégalités territoriales. Comme l’a montré un notre test, il est beaucoup plus difficile d’obtenir un rendez-vous dans la région bordelaise qu’en Île-de-France, où il y a plus de mairies équipées. Outre l’installation de nouveaux guichets, le gouvernement veut également inciter les communes à ouvrir de nouveaux créneaux. «Pour les mairies engagées, cela implique d’ouvrir entre midi et 14h, en fin d’après-midi ou alors tôt le matin, mais aussi d’ouvrir le samedi matin», explique Anne-Gaëlle Baudouin.

Dotation de 4000 euros

Les bonnes élèves pourront bénéficier d’une dotation de 4000 euros en cas d’efforts concrets. «Si elles arrivent à dégager 20% de rendez-vous en plus, elles pourront bénéficier de ces ressources supplémentaires pour les accompagner, notamment dans le recrutement de nouvelles personnes pour assurer ces plages horaires supplémentaires», poursuit la directrice de l’ANTS. De quoi permettre de fluidifier la situation ? Par le passé, les efforts fournis (à savoir une augmentation de 20% du nombre de dispositifs de recueil et de 40% du nombre de rendez-vous entre mars 2022 et mars 2023) n’ont pas suffi, avec des délais d’attente toujours aussi longs.

Voir aussi :  SNCF : Un train de nuit quotidien Paris-Nice dès le 16 avril

Comme le rappelle Anne-Gaëlle Baudouin, l’un des nerfs de la guerre se trouve également sur la prise de rendez-vous en elle-même. Sur les quelque 2700 communes équipées, seules 1500 environ disposent d’un système de rendez-vous en ligne. Pour les autres, il faut prendre son téléphone ou se rendre directement sur place. Une situation que regrette la directrice de l’ANTS. Car sur ces 1500 communes présentes sur Internet, seules un peu plus de 1000 sont «raccordées» à la plateforme de l’ANTS lancée fin novembre, rendezvouspasseport.ants.gouv.fr, pour faciliter la prise de rendez-vous en fonction de sa géolocalisation. Selon les régions, le site peine encore à proposer des créneaux disponibles dans le mois, contrairement à Vitemonpasseport.fr, sa concurrente issue du secteur privé.

Outre la question du «raccordement», l’ANTS va également travailler sur les doublons de rendez-vous. «Sur la plateforme, on va mettre en place une nouvelle fonction pour essayer de les supprimer», explique Anne-Gaëlle Baudouin. Et ainsi éviter que les mauvais joueurs grippent le système. Car l’objectif gouvernemental est ambitieux : d’ici l’été, le délai pour obtenir un rendez-vous en mairie devra être abaissé à 30 jours, tandis que la fabrication et l’acheminement des titres devront être stabilisés à 21 jours. Un défi de taille.


À VOIR AUSSI – Quels sont les plus beaux sites naturels de Bretagne ?



Source link

Vous aimerez aussi...