C’est officiel, l’une des plus belles baies du monde se trouve dans le sud de la France


Le Club des plus belles baies du monde vient d’élargir son cercle.

Ses nombreux attraits en ont fait une destination touristique de premier choix sur la Riviera française. Bormes-les-Mimosas n’a rien à envier aux autres destinations de rêve de la Côte d’Azur. La petite commune varoise de 8000 habitants, au vrai charme provençal, abrite notamment le Fort de Brégançon, résidence d’Etat et lieu de villégiature estival des présidents de la République. Nichée entre terre et mer, elle est également connue pour être la capitale du mimosa. Et en ce mois de novembre, elle rejoint le club des plus belles baies du monde, également connu sous le nom de World Bays.

Cette association, créée en 1997 à Vannes par Bruno Bodard, Michel Met et Hervé Laigo, avait pour premier objectif de promouvoir le Golfe du Morbihan. Depuis, le cercle s’est élargi à 45 baies, désormais. Ces dernières sont recensées dans 26 pays, dont une partie en Asie. La baie de San Francisco, aux États-Unis, celle d’Along, au Vietnam, ou encore la baie du mont Saint-Michel font notamment partie de ce club. Le but de cette association : valoriser la biodiversité et la préservation de ces territoires. Car le label, qui participe à une promotion touristique, s’intéresse plus particulièrement à la défense de l’environnement.

Favoriser une gestion durable des littoraux

Les baies adhérentes doivent signer une charte et s’accorder sur des objectifs communs, comme la sensibilisation à une gestion durable des littoraux, la prévention de certaines pollutions, et plus globalement, la promotion d’un tourisme durable. «Ce label est une reconnaissance du caractère exceptionnel de notre site, de la façon dont il a été protégé au fil des générations, dont nous avons su générer une activité économique raisonnée qui s’intègre et s’adapte à la baie, sans perturber son écosystème», vante François Arizzi, le maire de Bormes-les-Mimosas, dans un communiqué.

Voir aussi :  voyage thailande

À plus long terme, une hausse non maîtrisée de la fréquentation peut toutefois poser problème dans ces écosystèmes très fragiles. La baie d’Along se retrouve ainsi régulièrement submergée des déchets issus d’une industrie touristique hors de contrôle.


En vidéo – Mont-Saint-Michel: des « mesures incitatives » pour réguler le flux des visiteurs



Source link

Vous aimerez aussi...