Costa Rica – Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères


Risques encourus et recommandations associées

  • Criminalité – Délinquance

Le Costa Rica connaît depuis plusieurs années une augmentation sensible du taux d’homicide et du niveau de violence sur l’ensemble de son territoire, souvent liée au trafic de stupéfiants et ses corollaires.

Le crime organisé encourageant une délinquance locale, de nombreuses bandes (« bandas » ou « pandillas ») commettent de nombreux délits tels que les vols simples, à la tire, à l’arraché, avec violence et à main armée. Les vols à la roulotte (vols à l’intérieur des véhicules), ciblant particulièrement les voitures de location, sont fréquents tant sur la côte pacifique que caraïbe.

Une augmentation des vols d’effets personnels des touristes (vols sur les plages, dans les bus, dans les véhicules de location, « arnaques à la crevaison ») est constatée. Ces vols se concentrent (mais le reste du pays n’est pas à exclure) dans :

  • la capitale San José ;
  • la province de Guanacaste, en particulier dans la péninsule de Nicoya ;
  • la province de Puntarenas, le long de la côte Pacifique, entre la ville de Puntarenas jusqu’au parc national de Manuel Antonio ; plusieurs vols ont été commis dans les véhicules de location stationnés de part et d’autre du pont de Tarcoles (point d’observation de crocodiles).

A San José Centre ainsi que sur l’ensemble de la vallée centrale, il est recommandé d’éviter les sorties nocturnes dans les quartiers isolés et de se déplacer seul, en raison des risques possibles de vol à main armée ou d’agression.

Inondations et glissements de terrain

Pendant la saison des pluies, de mai à fin novembre, les orages sont fréquents, subits et parfois violents. Les risques d’inondation et de glissements de terrain sont alors importants et les axes routiers peuvent être coupés. Les crues des rivières peuvent être spectaculaires et l’évacuation de la population peut être ordonnée par les autorités locales.

Il est recommandé aux voyageurs de s’informer sur place des conditions météorologiques des régions visitées ainsi que de l’état du réseau routier.

Pour plus d’informations (en espagnol) : Commission nationale des urgences : https://www.cne.go.cr/ ;
https://www.facebook.com/CNECostaRica ;
https://twitter.com/cnecostarica.

Risque volcanique

Les volcans du pays font l’objet d’une surveillance étroite et constante de la part des autorités locales.

Le volcan Turrialba, situé à 35 kilomètres à l’est de San José, connaît un regain d’activité depuis 2017, qui se traduit par des éruptions plus fréquentes. En janvier 2018, le volcan est entré en éruption. Son activité a ainsi perturbé le fonctionnement de l’aéroport international Juan Santamaria de San José à plusieurs reprises, entraînant sa fermeture temporaire à l’occasion d’émissions importantes de cendres et de retombées sur San José. Cette fermeture est susceptible de se reproduire.

Voir aussi :  «Pour la majorité des familles, ne pas avoir de piscine, c'est disqualifier le choix d'un camping»

Le volcan Poas, situé à 30 kilomètres au nord de San José, est très actif depuis mars 2017 (émissions de gaz et de cendres volcaniques toxiques). Les flux de visiteurs sont contrôlés (consulter www.sinac.go.cr, site en anglais et en espagnol)

Le volcan Irazu, à 30 kilomètres à l’est de San José, ne présente pas d’éruption.

Le volcan Rincon de la Vieja connaît depuis plusieurs années, et encore au début 2019, plusieurs éruptions par mois. Ces dernières provoquent, sur son flanc nord, des coulées de boue dangereuses qui ont conduit à la fermeture partielle du parc national par les autorités.

Les consignes de sécurité mises en place par les autorités aux alentours des volcans doivent impérativement être respectées.

Pour toute information complémentaire, consulter la Commission nationale des urgences (CNE : +506 2220 2020 voir supra), ou l’Observatoire volcanologique et sismologique du Costa Rica (OVSICORI – +506 2261 0781, www.ovsicori.una.ac.cr ? en espagnol).

Risque sismique

Le Costa Rica est situé dans une région de forte activité sismique où les tremblements de terre, jusqu’ici d’amplitude limitée, sont courants. Les péninsules de Nicoya au nord, et d’Osa au sud, sont particulièrement exposées à ce risque.

Consulter la fiche Risques naturels.

Dans tous les cas, conserver son calme, suivre les instructions données par les autorités locales et attendre les secours, si nécessaire.

Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour, il est recommandé de prendre immédiatement contact avec sa famille ou ses proches afin de les rassurer ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’étranger, avec l’ambassade de France au Costa Rica.

Risque routier

Le Costa Rica a un taux d’accidents de la route très élevé. Il est conseillé de conduire avec prudence en raison de l’état des routes, de l’absence de signalisation, de la configuration sinueuse des routes marquées par de fréquents rétrécissements du fait du relief, des ponts à une voie sur des routes à deux voies, de l’irrespect du code de la route et du comportement imprévisible de nombreux conducteurs.

Voir aussi :  Night Diving Similan / Plongée De Nuit Thaïlande Koh Bon Koh Tachai Richelieu Rock GoPro

Il convient également de circuler prudemment à moto et à vélo.

Le trafic est dense, en raison notamment de la présence de très nombreux poids lourds et autobus.

Faire preuve d’une vigilance renforcée la nuit car de nombreux automobilistes conduisent sans phares.

Zones de vigilance

Le Costa Rica figure en vigilance renforcée sur la carte sécuritaire (en jaune).

Recommandations générales

Afin de profiter en toute sécurité de son séjour, certaines règles de bon sens doivent être respectées :

• en cas d’agression, dans la mesure du possible, il est conseillé de n’opposer aucune résistance ;

• ne pas se promener la nuit dans les parcs publics, les endroits isolés ou sur les plages ;

• ne laisser ni documents, ni effets personnels dans les véhicules et éviter de se garer dans des endroits sans surveillance, surtout près d’une plage (vols par bris de glaces fréquents) ;

• surveiller ses affaires dans les autobus, où des bandes voyagent dans l’unique but de détrousser les voyageurs endormis ou distraits ; cette surveillance doit également s’exercer sur les plages, dans les hôtels bon marché (cabinas), dans les restaurants et dans les terminaux d’autobus où les vols à la tire sont courants ;

• les passeports, cartes bancaires, devises et billet d’avion, ne doivent pas être rangés dans des sacs à dos ou des sacs à main, mais de préférence être dissimulés sous les vêtements ; ne pas porter d’objets de valeur sur soi (montre, bijoux, etc.), ni de grosses sommes d’argent ;

• ne pas ranger tous ses objets de valeur/documents au même endroit (les répartir entre les bagages et/ou co-voyageurs) ;

• les vols de passeports étant fréquents, il est conseillé de déposer les documents au coffre de l’hôtel et de ne garder sur soi qu’une copie du passeport, y compris la page sur laquelle se trouve le tampon d’entrée au Costa Rica ;

• utiliser de préférence les transports en commun réguliers ou les taxis officiels (rouges, avec un sticker triangulaire et un lanternon sur le toit indiquant le nom et le numéro de la compagnie de taxis) ;

• en voiture, être attentif à « l’arnaque à la crevaison » : en cas de crevaison, si une personne se propose pour changer votre roue, rester vigilant car un complice peut en profiter pour voler les sacs et effets personnels se trouvant dans le véhicule ; il est conseillé de se diriger vers un endroit fréquenté par la foule pour réparer ; il en est de même si un autre véhicule heurte légèrement le vôtre.

Voir aussi :  COMMENT FAIRE UN ROAD TRIP AU VIETNAM ? [Acheter une moto, conduire, police, corruption]

Il est également recommandé de confier l’organisation de son séjour à des agences de voyage, dont certaines sont favorablement connues de l’ambassade et de la Chambre de commerce et d’industrie France – Costa Rica. Ces agences sauront apporter toute recommandation utile et organiser votre séjour dans les meilleures conditions de sécurité possibles. En outre, en cas de préjudice, elles pourront le cas échéant assister la victime dans ses démarches auprès des autorités locales (en cas de difficulté liée à la langue).

Activités sportives à risque

Baignade

La quasi-totalité des plages du pays ne sont pas surveillées, alors que des courants dangereux sont signalés tout au long des côtes. Les panneaux d’avertissement et d’information ne sont pas non plus largement diffusés.

Les noyades constituent la deuxième cause de décès accidentel au Costa Rica. Il convient donc d’être extrêmement vigilant et d’éviter de se baigner seul.

Dans certaines plages prisées par les surfeurs (de Playa Azul à Playa Esterillos), des attaques de crocodiles ont été rapportées.

Excursions

En cas d’excursions dans la jungle ou sur les volcans, il est recommandé d’être accompagné par un guide connaissant bien les lieux et de prévoir un bon équipement. Il est conseillé de rester sur les sentiers et de respecter les mises en garde ainsi que les signalisations.

Pour les pratiques d’activités de loisirs (descente en eau vive, plongée, saut à l’élastique, tyrolienne, etc.), il est recommandé de sélectionner des organismes connus, dont les équipements sont de qualité.





Source link

Vous aimerez aussi...