de Sugiton à Callelongue, randonnée hors saison


Une balade somptueuse à faire hors saison et loin des foules. Tour à tour spectaculaires, modestes, théâtrales et accessibles, sauvages dans tous les cas, les calanques s’échelonnent sur une vingtaine de kilomètres entre Marseille et La Ciotat. Ce littoral échancré de criques turquoise et de plages blondes est trompeur.

En vieux provençal, « calanco » c’est à la fois une ruelle pentue, un sentier escarpé, et par extension, ces entailles serpentines creusées dans le calcaire par des rivières entêtées lorsque la mer se trouvait 120 m plus bas. Le massif montagneux entre Marseille et Cassis n’en compte pas moins de 26 sur une vingtaine de kilomètres. Une véritable opération d’infiltration de la mer en direction de la terre. Un monde à part, féroce, hostile et en même temps d’une beauté ravageuse.

Derrière sa rudesse apparente, ce littoral reste fragile et souffre depuis longtemps de sa proximité avec la deuxième ville de France. Avant la surfréquentation liée aux loisirs et les quotas qui reviennent dès les beaux jours, les calanques ont connu l’éradication de leurs forêts de chênes blancs débitées en bois de marine, l’exploitation de leur calcaire dans des carrières prédatrices, puis l’éclosion de centaines de fours à chaux et de petites industries chimiques…

Depuis 2012, un parc national, à la fois terrestre et marin – respectivement 8 500 ha et 43 500 ha en coeur de parc – tente de préserver le milieu de la pression urbaine exercée par Marseille. Chaque année près de 3 millions de visiteurs s’aventurent à pied ou en bateau à l’intérieur du parc. Seule une toute petite partie d’entre eux se lance dans la traversée complète du massif de Marseille à Cassis qui prend normalement deux ou trois jours. Cette randonnée entre la calanque de Sugiton et Callelongue explore les plus coins les plus spectaculaires du parc et peut s’effectuer en une journée en n’utilisant que les transports en commun. L’accès à la calanque de Sugiton étant désormais réglementé, mieux vaut l’envisager hors saison.

De Sugiton à Callelongue, la randonnée en pratique

Descente vers la calanque de Sormiou.
Christophe Migeon / le Figaro

Difficile > 17 km > 6h30 > + 950 m /- 950 m.

Carte IGN TOP 25 n°3145ET – Marseille – les calanques

Départ : Depuis la barrière devant l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Marseille-Méditerranée (ESADMM) située dans le domaine de Luminy. Accès depuis le métro station Rond Point du Prado puis bus n°21 jusqu’au terminus Luminy.

Pour le retour de Callelongue, prendre le bus n°20 jusqu’à La Madrague puis le n°19 pour revenir à la station de métro Rond Point du Prado.

Descriptif : TopoGuide Ref P132 Les calanques…à pied.

Départ de Sugiton

Entre Sugiton et Morgiou.
Christophe Migeon / le Figaro

De Luminy, un faux plat – très faux – conduit au col de Sugiton à l’ombre des pins maritimes. Des vestiges de bergeries rappellent qu’avant d’être un campus universitaire, le domaine de Luminy a longtemps fait la part belle à l’élevage et aux cultures : céréales (blé, avoine), des arbres fruitiers (oliviers, amandiers, mûriers, figuiers, cerisiers) et vigne depuis au moins le XVe siècle. Il paraît que dans les années 1960, on y croisait encore des chèvres sauvages.

La calanque de Sugiton, vers laquelle on se laisse couler le long d’un goulet encombré de pins d’Alep suicidaires, est l’exemple parfait de ce concentré de Méditerranée rocheuse et littorale saturé de blanc et de bleu. D’un côté le calcaire urgonien des géologues. De l’autre l’encre aigue-marine des poètes. Des effluves de rocher rissolé par le soleil se mêlent aux parfums de garrigue salée par les embruns. Avec des précipitations au compte-gouttes, un sol ingrat qui ne retient rien et un mistral qui dessèche le peu qui aurait pu être retenu, la végétation n’est pas à la noce. Mais lorsqu’on n’est pas un genévrier assoiffé ou une perdrix déshydratée, que les gourdes dans le sac à dos sont pleines et encore fraîches, alors ces falaises deviennent un vrai petit paradis.

Voir aussi :  Juste pour rire - La voleuse s'échappe

À écouter – Les conseils d’un spécialiste de la montagne pour votre première randonnée

Les étapes

DE SUGITON À SORMIOU

Sormiou.
Christophe Migeon / le Figaro

Une traversée des calanques ne s’envisage qu’avec de bonnes chaussures et de l’eau en quantité. Mieux vaut éviter les tongs pour négocier le sentier qui descend vers Morgiou. Cela dit, Louis XIII était sans doute en escarpins lorsqu’en novembre 1622, il a emprunté l’escalier qui conduit à la plage. Ce dernier a été taillé dans la roche par les pêcheurs locaux afin que son Altesse puisse s’essayer à la pêche au harpon – un trident de vermeil s’il vous plaît – dans une madrague.

Une équipe de varappeurs joue les araignées le long d’une falaise. Les calanques, où le jeune Marseillais Gaston Rebuffat venait travailler ses prises dans les années 30, sont équipées de près de 1 200 voies d’escalade. Au large, la flotille constituée de Riou, l’île Plane et le Grand Conglué, semble prête à partir à la dérive au premier coup de vent. Dans le foisonnement des goélands qui piaillent et qui craillent, on guette en vain les rares puffins cendrés et océanites tempête qui nichent sur les îles. Bientôt apparaît l’anse turquoise de Sormiou, une calanque privée, appartenant à la même famille depuis le XIXe siècle.

DE SORMIOU À CALLELONGUE

La discrète calanque des Queyrons.
Christophe Migeon / le Figaro

Entre les rochers, la surface laisse entrevoir les miroitements furtifs des sars et des oblades balottés par la houle au-dessus des posidonies. Falco, fidèle second de la Calypso, a chaussé ses premières palmes sur cette plage pour aller chasser le poulpe et la dorade. Celui que Cousteau nommait « le dieu de l’eau » avait découvert sous le cap Morgiou à la sortie de la calanque l’entrée d’un long et étroit couloir vers 39 m de fond. Mais c’est Henri Cosquer qui quelques années plus tard parviendra au bout du boyau et découvrira une extraordinaire caverne ornée de peintures paléolithiques.

À Sormiou, après le restaurant appelé le Château, il faut bifurquer à droite sur le sentier marron n°2 jusqu’au col de Sormiou dont vingt minutes de montée viennent à bout. Là, on retrouve le GR 51 que l’on suivra jusqu’au bout. Passé le col, le sentier batifole le long d’une succession de falaises à la fois sèches et potelées comme des meringues sortant du four. Les calanques s’enchaînent, discrètes, trop timides pour festonner vraiment la muraille calcaire : Cortiou, l’Escu, Podestat, Queyrons…

Voir aussi :  Birmanie, un nouveau départ Echappées belles

À Marseilleveyre, le paysage s’adoucit, la montagne courbe l’échine et se fait moins escarpée comme si elle sentait la ville se rapprocher. Deux kilomètres plus loin, on pose les semelles sur le bitume de Callelongue avec l’impression de revenir de la lune.


Carnet de route

Où dormir

Villa Le Sud. Vers Cassis, au pied du massif des Calanques, une maison moderne et ses quatre chambres lumineuses avec terrasse privative, ouvertes sur une piscine. À partir de 230 € la nuit. Tél.: 06 20 74 14 56, villalesudcassis.fr

La boîte à Sardine. Cuisine excellente et atmosphère bonne ambiance dans une déco atypique. La table marseillaise idéale pour faire une escale iodée. Calamar ail et persil 20€, sardines 16€. 2 boulevard de la Libération, 13001 Marseille. Tél. : 04 91 50 95 95, laboiteasardine.com

Les Roches Blanches . Le grand luxe dans les calanques. Cette maison de maître de 1887 perchée au-dessus des falaises de Cassis face au Cap Canaille a accueilli des hôtes aussi prestigieux que Churchill ou Edith Piaf. 4 chambres et 7 suites au milieu des pins parasols avec un accès direct à la mer. À partir de 600 € la nuit. Tél.: 04 42 01 09 30, roches-blanches-cassis.com

À FAIRE

Plongées dans les calanques. Pour faire un baptême et découvrir les « calanques de dessous ». Le Centre de loisirs des Goudes est situé dans le petit port de pêcheurs des Goudes, dans le parc national. Week-end de 2 jours 215 € par personne. Tél. : 04 91 25 13 16, goudes-plongee.com

Visite des calanques par bateau. Pour découvrir le parc national depuis la mer. Exploration intégrale des calanques jusqu’à Cassis, 32€. Tél.: 04 91 58 50 58, croisieres-marseille-calanques.com


En vidéo – Pêcher un poisson dans les calanques de Marseille vous coûtera bientôt une photo



Source link

Vous aimerez aussi...