derrière les paillettes, l’âme provençale


DEUX JOURS À – De la colline du Suquet aux îles de Lérins se dessine à Cannes une géographie et une histoire bien plus ample que la médiatique Croisette. Visite guidée de la ville, au carrefour de la Provence et de la Riviera.

C’est un Écossais qui a scellé le destin étoilé de Cannes. En route vers le Comté de Nice, un jour d’hiver 1834, Lord Henry Peter Brougham est forcé de s’arrêter à Cannes alors qu’une épidémie de choléra ravage Nice et ses environs. Tombé sous le charme du lieu, il fait bâtir une demeure d’inspiration palladienne et entraîne dans son sillage une aristocratie européenne qui consacre la ville comme destination de villégiature hivernale. Huit siècles plus tôt, les moines de l’abbaye de Lérins avaient fondé Cannes en érigeant sur une colline une tour de guet puis un château pour protéger leur fort monastère situé sur l’île de Saint-Honorat, au large.

Mondialement connu pour son festival international de cinéma, ville de congrès et de villégiature désormais estivale, Cannes a conservé une âme provençale que l’on entend battre sur le marché ou dans les ruelles du Suquet, sur la colline choisie par les moines.

L’arrivée

Depuis l’aéroport de Nice, Cannes est accessible en moins de 30 mn en voiture et en 45 mn par un service de navettes opérant de 8h à 20h (21h55 en été) avec un départ toutes les 30mn de 9h à 19h. Tarif : 33 € aller-retour.

La gare est située en centre-ville. Pour les trajets en train, compter 5h15 depuis Paris, 4h depuis Lyon ou 2h depuis Marseille.

Le centre-ville se parcourt aisément à pied.

Que faire en ce moment à Cannes

L’EXPO À NE PAS MANQUER

L’écomusée sous-marin aux îles de Lérins

Les œuvres du sculpteur anglais Jason deCaires Taylor immergées à quelques mètres de profondeur entre les îles de Lérins. Maxime Tancons

Équipé d’un masque et d’un tuba, il faut prendre une grande inspiration pour plonger vers les œuvres monumentales du sculpteur anglais Jason deCaires Taylor immergées à quelques mètres de profondeur entre les îles de Lérins. Quelques mois après leur mise en place, les algues ont commencé à flouter les contours des visages inspirés par des habitants de Cannes. C’est l’objectif. Réalisées dans un matériau écologique à PH neutre, les sculptures ont vocation à devenir des récifs artificiels. Demeure la poésie d’une rencontre sous-marine.

Accès libre depuis le rivage de l’île Sainte-Marguerite, à l’aplomb de la maison forestière, dans une zone interdite au mouillage. À une centaine de mètres au large.

LA TABLE À RÉSERVER : SALAMA

Salama sert une cuisine marocaine et méditerranéenne raffinée. Salama / Photo presse

Le restaurant hype de Saint-Tropez a choisi Cannes pour ouvrir une adresse plus urbaine. On y retrouve une cuisine marocaine et méditerranéenne raffinée, parfaitement exécutée, comme ce tajine d’agneau, pruneaux et amandes, cuit à basse température ou le ceviche de daurade à la coriandre fraîche, huile infusée à la menthe et jus de citron, goûtés lors de notre passage. Le décor contemporain, couleur terracotta, sculpté d’arches et de niches, est une invitation au voyage. Pour une ambiance festive, on choisira le 2ème service à 22h30. Grande terrasse extérieure côté rue.

À la carte : entrées autour de 15 €, couscous et tajines autour de 33 €.

Salama, 10 rue Florian, 06400 Cannes. Tél. : 04 93 68 51 69.

L’HÔTEL EN VUE : LE SUQUET

L’hôtel Le Suquet, au pied de la colline éponyme. Le Suquet / Photo presse

Au pied de la colline éponyme, cette adresse 3 étoiles de charme propose 22 chambres confortables, sobrement décorées dans un esprit méditerranéen. Ouverte au printemps 2022 par un professionnel de l’hôtellerie de luxe natif de Cannes, l’adresse mise sur la qualité de service. Elle dispose d’une petite piscine, très agréable en centre-ville et d’un patio pour prendre le petit déjeuner. Idéal pour découvrir le visage authentique de la ville, du Suquet au marché Forville proches, avec les conseils avisés de son propriétaire.

Voir aussi :  L’hôtel Villa Seren à Hossegor: l’avis d’expert du Figaro

Le Suquet, 5 rue des Tambourinaires. Tél. : 04 93 39 53 28.

À partir de 100€ la chambre double. Petit déjeuner continental : 19€.

Jour 1 : le Suquet, les villas des collines, la Croisette

Le Suquet. Herve Fabre

MATINÉE

Débutez votre visite par le marché Forville, au pied de la colline du Suquet, pour vous enivrer de parfums et de saveurs entre les étals colorés de fleurs, de poissons, de fruits et de légumes. C’est l’occasion de goûter à quelques spécialités culinaires locales comme les beignets de fleurs de courgettes ou la socca, galette de farine de pois chiche. Quelques cafés bordent la grande halle couleur corail. Parmi eux, le petit Café de l’horloge, avec sa déco rétro et sa terrasse, offre un bon poste d’observation de la vie locale.

Poursuivez votre flânerie en grimpant dans les ruelles de la colline du Suquet, parmi les maisons étroites et les murs tressés de bougainvilliers. Au sommet, sous les grands pins, le nom de Cannes s’affiche en lettres géantes. Là, prenez le temps d’admirer la vue sur la ville, le port et la rade avant de pousser la porte de l’église Notre-Dame d’Espérance. Son clocher est devenu l’icône du quartier. Le château mitoyen, remarquable avec sa tour carrée, se dresse sur les vestiges de la forteresse médiévale des moines de Lérins. Il abrite désormais le (petit) Musée des explorations du monde.

PAUSE DÉJEUNER

Sur le versant ouest de la colline du Suquet, dans des rues au calme, faites escale pour déjeuner dans un des restaurants prisés des Cannois comme Le Tredici, rue Perrissol, notre préféré pour sa cuisine italienne et son joyeux décor éclectique. Pas loin, La Sousta, sert une cuisine traditionnelle dans un décor sans chichi. Plus près du marché Forville, Les Bons Enfants jouent depuis longtemps la carte du bistrot provençal dans un cadre contemporain. Une valeur sûre.

APRÈS-MIDI

Le Suquet des artistes. Mairie de Cannes / Photo presse

Le Suquet réserve une dernière surprise : un lieu d’exposition d’art contemporain abrité dans l’ancienne morgue de l’hôpital de Cannes déplacé depuis longtemps. Contenu des œuvres ou style d’accrochage, Le Suquet des artistes inspire les créateurs par sa topographie labyrinthique. Jusqu’au 11 décembre 2022, c’est le plasticien Orsten Groom (représenté à Paris par la galerie Daniel Templon) qui présente avec Limbe, des œuvres picturales influencées par l’art pariétal et parental. En 2024, tout près, l’ancienne chapelle Saint Roch accueillera un musée dédié à la prestigieuse collection d’art contemporain africain de Jean Pigozzi.

Pour les férus d’architecture, poursuivez votre visite de Cannes sur une autre colline de la ville, la Croix des Gardes où le XIXe siècle et le XXe siècle ont vu fleurir les belles villas des aristocrates et grandes fortunes en villégiature. Admirez l’architecture de la médiathèque Noailles abritée dans l’ancienne villa Rothschild de style Renaissance italienne. À l’intérieur, jardin d’hiver et salon aux boiseries anciennes accueillent des salles de lecture. En face, la villa Vallombrosa, transformée en copropriété, s’impose dans le paysage avec ses tours de style néo-gothique. À l’est de la ville, sur la colline de la Californie, visitez la Villa Domergue, ouverte en été dans le cadre d’expositions artistiques. Bâtie en 1934 pour le directeur du musée André Jacquemart, elle déploie des jardins et des volumes élégants, influencés par le style italien.

Achevez votre promenade sur l’incontournable Croisette pour contempler en bord de mer, derrière les palmiers et les pins parasols, la blanche et grandiose architecture des palaces cannois. Belle Époque au Carlton, Art déco au Martinez… Poussez la porte de La Malmaison, le pavillon de l’ancien Grand Hotel, qui accueille chaque année trois grandes expositions monographiques d’artistes des XXe et XXIe siècle (Agnès Varda, jusqu’au 20 novembre 2022). Les boutiques de luxe se succèdent sur la prestigieuse artère laissant la rue d’Antibes, plus en arrière, aux enseignes que l’on trouve dans toutes les grandes villes. En contrebas de la Croisette, les plages ont été élargies ces dernières années et le bleu céruléen de la mer flatte toujours le regard.

Voir aussi :  Zambie

APÉRITIF ET DÎNER

Au bar du Majestic. Jean-Michel Sordello

Commencez (ou achevez) la soirée avec un cocktail au Majestic. Mixologue à la notoriété croissante, Emanuele Balestra s’est fait connaître avec ses parfums comestibles vaporisés sur le poignet au moment du service. Une expérience inoubliable. Pour dîner dans des adresses chic et glamour, rejoignez le « carré d’or Â» autour de la rue Florian, une impasse où les restaurants les plus en vue et de qualité ont élu domicile : La Môme, Le Mido (du groupe La Môme), Salama…

Dans le même esprit mais les pieds dans le sable, de fin avril à mi-octobre, rendez-vous chez Mademoiselle Gray, la plage de l’hôtel Barrière Le Gray d’Albion ou à La Môme Plage. Pour une ambiance plus décontractée, misez sur Rosana, au souffle californien, près du Palais des festivals ou sur le bar à vin-restaurant UVA.

SOIRÉE

Les plages privées précédemment évoquées invitent des DJ pour des fins de soirées festives qui s’achèvent autour de 1h du matin.

Jour 2 : échappée sur les îles

L’île Sainte-Marguerite. Mairie de Cannes / Jérôme Kelagopian

MATINÉE

Débutez par un petit déjeuner chez Charlotte Busset, dans un séduisant décor de papiers peints, étagères en bois à l’ancienne, parquet et carreau de ciment. L’accueil est adorable et les cookies divins.

Embarquez ensuite pour les îles de Lérins, au large de Cannes. Les deux confettis de terre n’étant pas desservis par la même navette maritime, il faut choisir. Optez pour Sainte-Marguerite si vous souhaitez visiter le fort Royal (conçu par Vauban), célèbre pour avoir abrité la cellule de l’homme au masque de fer. C’est l’île la plus grande, idéale pour marcher à l’ombre des pins parasols et se baigner. On aime ses rochers allongés et ses petites criques de galets. Sur sa rive sud se situe le point départ vers l’écomusée sous-marin.

Choisissez l’île de Saint-Honorat, plus petite et calme, pour découvrir le sanctuaire des moines de Lérins. On y va pour contempler la tour-monastère au bord de l’eau (en travaux jusqu’en 2023), l’église abbatiale et le vignoble. Empruntez le sentier qui fait le tour de l’île en une heure pour admirer sept chapelles et des fours à boulets napoléoniens.

Pour une approche plus insolite et sportive, entre mai et octobre, embarquez pour la journée sur un canoë-kayak pour découvrir les îles depuis la pointe Croisette (où le légendaire Palm Beach à l’architecture hispano-mauresque va renaître en 2023). Une vingtaine de minutes suffisent pour rejoindre Sainte-Marguerite. Vous pourrez ainsi caboter librement le long des rochers, débarquer sur des grèves isolées, contempler les fonds tagués de posidonie et surtout découvrir les deux îles. Comptez une vingtaine de kilomètres aller-retour pour leur tour complet depuis la pointe Croisette.

PAUSE DÉJEUNER

Tables avec vue. La Tonnelle / Photo presse

Sur Saint-Honorat, le restaurant La Tonnelle ouvre sur les eaux turquoise mouchetées de bateaux qui séparent les deux îles. Une table de qualité où l’on dégustera le vin des moines de Lérins.

Sur Sainte-Marguerite, si vous aimez les plages privées aux ambiances festives, mêlez-vous aux happy few qui dansent et déjeunent méditerranéen face à la mer, à La Guérite, au pied du fort Royal.

Voir aussi :  THAILANDE #3 | Voyage sur l'île de Koh Pha Ngan | Décembre 2017 | FR

APRÈS-MIDI

De retour des îles, s’il vous reste du temps, faites un détour vers Mandelieu-la-Napoule à quelques kilomètres à l’ouest de Cannes. Son extravagant château au bord de l’eau est le fruit d’une restauration entreprise dans les années folles par les Clew, un couple d’artistes américains. Vous découvrirez d’agréables jardins, des œuvres d’Henry Clew et d’artistes accueillis en résidence ainsi que des curiosités dévoilées lors de visites guidées entre avril et mi-septembre.

FIN DE JOURNÉE

Concluez votre journée sur un des rooftops de Cannes. Le dernier né est celui de l’hôtel 4 étoiles Belle Plage , au pied du Suquet. C’est notre préféré pour boire un verre avec le sentiment de flotter entre les toits en tuile de la vieille ville et l’horizon maritime. L’endroit idéal pour admirer le soleil se coucher derrière la silhouette échevelée de l’Estérel.


Nos meilleures adresses à Cannes

BONNES TABLES

Tredici, 13 rue Louis Perrissol. Tél. : 06 52 54 64 63

Aux Bons Enfants, 80 rue Meynadier. Tél. : 06 18 81 37 47

La Sousta, 11 rue du Pré. Tél. : 04 93 39 19 18

Rosana, 13 rue des Belges. Tél. : 04 93 38 88 60

UVA, 13 boulevard de la République. Tél : 04 93 68 57 01

La Môme, 6 rue Florian. Tél. : 04 93 38 60 95

Charlotte Busset, 26 rue Hoche. Tél. : 04 22 78 00 87

La Tonnelle, île Saint-Honorat. Tél. : 04 92 99 54 08

La Guérite, île Sainte-Marguerite. Tél. : 04 93 43 49 30

BOIRE UN VERRE

La plage Mademoiselle Gray. Jean-Michel Sordello

Le Café de l’horloge, 7 rue du marché Forville. Tél. : 06 60 80 28 98

Hotel Barrière Le Majestic, 10 Boulevard de la Croisette. Tél. : 04 92 98 77 00

Hôtel Belle Plage, 2 rue Brougham. Tél. : 04 93 06 25 50

Mademoiselle Gray, Boulevard de la Croisette. Tél. : 04 92 99 79 99

La Môme Plage, Boulevard de la Croisette. Tél. :04 93 38 22 00

VISITER

Le Suquet des artistes, 7 rue Saint Dizier. Tél : 04 97 06 44 90.

Villa Domergue (exposition Agnès Varda jusqu’au 18/09/22). 15 avenue Fiesole. Tél. : 04 97 06 44 90.

La Malmaison (exposition Agnès Varda jusqu’au 20/11/22), 47 boulevard de la Croisette. Tél. : 04 97 06 44 90.

SHOPPING

Le marché Forville. Tous les jours sauf lundi, de 7h30 à 13h.

Abbaye de Saint-Honorat (vins, liqueurs, eau-de-vie…). Île Saint-Honorat. Tél. : 04 92 99 54 00.

ESCAPADES

Kayak Évasion (excursions libres ou accompagnées). 5 place Franklin Roosevelt . Tél. : 07 69 91 57 01. kayak-evasion.fr

Navettes maritimes pour les îles de Lérins, quai Laubeuf (à l’extrémité du Vieux-Port)

Vers Saint Honorat : compagnie Planaria. Tarif aller-retour : 15 €. Tél. : 04 92 98 71 38. cannes-ilesdelerins.com

Vers l’île Sainte-Marguerite : compagnie Trans Côte d’Azur. Tarif aller-retour : 15 €. Tél. : 04 92 98 71 30. trans-cote-azur.com

OÙ DORMIR ?

L’hôtel Belle Plage. Christophe Coenon

Au pied du Suquet, face à la mer, on adore les courbes douces du Belle Plage, un nouvel hôtel de 50 chambres loin des fastes de la Croisette. La décoration intérieure fait la part belle aux matériaux naturels, aux formes arrondies, aux teintes claires pour esquisser un cocon douillet et stylé. La vue à couper le souffle du rooftop et du restaurant au sommet méritent une escale. C’est au Belle Plage qu’ouvrira en septembre le plus grand spa de Cannes, sur 800 m² avec huit cabines.

À partir de 270 € la chambre double.

Hôtel Belle Plage, 2 rue Brougham. Tél. : 04 93 06 25 50. hotelbelleplage.fr



Source link

Vous aimerez aussi...