la Charente-Maritime mise sur l’arrière-saison et l’été indien


La situation des Charentes pendant le confinement

«Le début de saison est catastrophique et on n’a toujours aucune visibilité sur le cœur de saison», regrette Stéphane Villain, président de Charentes Tourisme, l’organisme de promotion touristique de Charente et de Charente-Maritime. Les deux départements, situés en région Nouvelle-Aquitaine, s’attendaient à une année 2020 exceptionnelle grâce aux événements de l’Année de la BD, prévus principalement à Angoulême. Et surtout grâce au Tour de France, qui doit traverser les Charentes du 7 au 9 septembre.

Le confinement met à l’arrêt depuis la mi-mars le premier secteur économique de Charente-Maritime. L’activité touristique représente 16.700 emplois et 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires par an. Le département est régulièrement sur le podium des destinations les plus prisées des Français en nombre de nuitées. En 2019, il a enregistré un total de 33 millions de nuitées. La clientèle française représente 85% des visiteurs. «L’autoroute A10, qui relie Paris à Bordeaux en passant notamment par Orléans et Tours, est le principal pourvoyeur de visiteurs. Reste à savoir si les citoyens pourront se déplacer sans contrainte d’une région à l’autre d’ici l’été…», détaille Stéphane Villain.

Stéphane Villain est également président délégué d’ADN Tourisme, la Fédération nationale des organismes institutionnels du tourisme. Charentes Tourisme

Vacances d’été 2020, les perspectives

Dans un communiqué de presse publié le 29 avril, au lendemain des annonces du Premier ministre sur le déconfinement, Charentes Tourisme déplorait l’absence de décisions concernant le secteur du tourisme. «Les professionnels ont besoin de savoir où ils vont. Ils sont les grands oubliés des annonces gouvernementales. En quoi serait-il plus compliqué d’ouvrir certains hébergements, restaurants ou sites de visites par la mise en place de gestes barrières et de gestion de flux que les métros, commerces ou écoles?», s’interroge Stéphane Villain. Il chiffre à 440 millions d’euros les pertes pour les hébergeurs et restaurateurs en cas de fermeture jusqu’à la mi-juin.

Voir aussi :  Voyage x Breskvica - Vrati Me ( LIVE ) - BEOGRAD 2020.

Faire passer la TVA à 5,5% dans la restauration, augmenter la valeur et le nombre de bénéficiaires de chèques-vacances, décaler les vacances d’été tout en réduisant les vacances de la Toussaint… Autant de propositions soutenues par les acteurs locaux du tourisme pour sauver la saison touristique 2020. «Retarder la rentrée scolaire nous aidera à capitaliser au maximum sur l’arrière-saison et l’été indien», souligne Stéphane Villain. Pour rassurer les touristes, le responsable préconise aussi la création d’un label national, à l’image du «Clean & Safe» au Portugal. Ce label, «facultatif, gratuit et valable jusqu’à fin 2021», distinguerait les professionnels remplissant les critères sanitaires dans la lutte contre l’épidémie. Toutes ces propositions remontent au sommet de l’État notamment par l’intermédiaire de Dominique Bussereau, président du conseil départemental de la Charente-Maritime et ancien secrétaire d’État au Tourisme.

La Charente côté terre. Ici, l’amphithéâtre gallo-romain de Saintes. Perrine BELIN / CMT

L’état d’esprit des Français pendant ces vacances

Les prochaines vacances d’été devraient susciter un engouement pour les activités en plein air, prédit Stéphane Villain. Le vélo pourrait notamment tirer son épingle du jeu. Les Charentes sont traversées par plusieurs véloroutes majeures, dont la Scandibérique (de la Norvège à l’Espagne), la Vélodyssée(de Roscoff à Hendaye le long de la façade Atlantique) et la Vélo Francette (de Ouistreham à La Rochelle). Les retrouvailles familiales devraient inciter de nombreux Français à regagner cet été leur résidence secondaire, au nombre de 95.000 en Charente-Maritime.



Source link

Vous aimerez aussi...