Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères


Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ pour permettre le rappel des vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.

Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de votre état de santé et bénéficier de recommandations sanitaires. Consultez éventuellement votre dentiste avant votre départ.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et n’emportez que les médicaments nécessaires. Il est formellement déconseillé de consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons).

Pour plus d’informations, consultez la fiche “Infos pratiques“.

Vaccinations

La fièvre jaune étant endémique au Libéria, la vaccination est une condition d’entrée sur le territoire. Il est recommandé de se faire vacciner dans un centre agréé avant le départ.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant rubéole-oreillons-rougeole (ROR) chez l’enfant ; la vaccination antituberculeuse est également souhaitable.

En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées. Renseignez-vous auprès de votre médecin ou d’un centre de vaccinations internationales.

En fonction des conditions et lieux de séjour, la vaccination contre la rage peut être souhaitable. Demandez conseil à votre médecin ou auprès d’un centre de vaccinations internationales.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement mortelle) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Il est recommandé d’appliquer les mesures de protection contre les moustiques (cf. ci-après), de jour comme de nuit.

Voir aussi :  Thailand & Dubai // 2019

Concernant le traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France, pour une durée variable selon le produit utilisé.

Pendant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Des cas de transmission par piqûres de moustiques du chikungunya et de la dengue ont été rapportés. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif pour ces maladies. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Mesures générales de prévention contre les moustiques :

• Porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage).

• Utiliser des produits répulsifs cutanés : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques/risques/risques-sanitaires/article/maladies-transmises-par-les-moustiques

• Protéger son logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.).

• Détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (les récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs).

Ebola

Les autorités sanitaires locales et l’OMS ont annoncé en 2016 la fin de la transmission du virus Ebola au Libéria. Toutefois, une résurgence de l’épidémie reste envisageable. Dans ce contexte, il est fortement recommandé de suivre, y compris à Monrovia, les consignes de prévention et d’hygiène suivantes :

• Se tenir informé de l’évolution de l’épidémie en consultant le site de l’OMS.

• Respecter scrupuleusement les règles d’hygiène exposées sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé.

• Éviter les lieux à forte densité de population (comme les marchés ou les stades).

• Ne pas consommer ni manipuler de viande de brousse.

• Se laver les mains fréquemment au savon ou avec des solutions hydro-alcooliques.

• Éviter les contacts directs avec les secrétions des malades atteints de fortes fièvres, de troubles digestifs ou d’hémorragies externes (saignements de nez, sang dans les selles etc.)

Voir aussi :  Deux joueurs originaires ont échappé aux Lions de l'Atlas. Voici comment.

Fièvre de Lassa

La fièvre de Lassa sévit de manière endémique au Libéria, essentiellement dans les comtés de l’intérieur mais quelques cas ont été relevés dans la capitale, Monrovia. Depuis le début de l’épidémie, les autorités locales ont fait état de plusieurs décès.

La fièvre de Lassa est une fièvre hémorragique virale aiguë d’une durée d’une à quatre semaines. Le virus se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs. Les symptômes de la maladie associent notamment de la fièvre à une faiblesse généralisée et une altération de l’état général.

Il n’existe aucun vaccin contre la fièvre de Lassa. En cas de suspicion, il convient de consulter en urgence un médecin afin d’établir le diagnostic et d’optimiser les chances de réussite du traitement.

Afin de prévenir toute contamination, il convient de :

• se laver régulièrement les mains ;

• protéger les restes et les réserves de nourriture dans les maisons ;

• ne pas manipuler et consommer de viandes de brousse ;

• éviter tout contact avec une personne atteinte par la fièvre de Lassa.

Fièvre typhoïde

Cette maladie infectieuse est de plus en plus fréquente à Monrovia. La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre à des troubles digestifs. Une consultation médicale urgente s’impose car des complications graves sont possibles. La prévention repose sur la vaccination, qui est recommandée avant de venir au Libéria, et sur les précautions liées à l’hygiène alimentaire (cf ci-après).

Choléra

Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (par exemple les fruits de mer) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence.

Méningite à méningocoque

Plusieurs cas de méningite à méningocoque au Libéria ont été rapportés en 2017. L’infection à méningocoque débute brutalement et peut se présenter sous la forme d’une méningite ou d’une septicémie avec dégradation de l’état de santé général. Sans traitement, la maladie peut être fatale. Dès suspicion, il convient de consulter un médecin en urgence. Les jeunes enfants sont particulièrement vulnérables. Il est vivement recommandé de consulter un médecin avant votre voyage pour envisager une vaccination.

Voir aussi :  peut-on malgré tout partir en week-end ou en vacances ?

Pour plus d’informations, consulter : https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/meningite-infections-invasives-a-meningocoques

Infection par le virus HIV – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

De manière générale, il est recommandé de :

• Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire).

• Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.

• Se tenir à distance des animaux, de leurs cadavres, ainsi que de leurs déjections.

• Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux rencontrés.

• Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque à deux-roues).

• Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçon).

• Éviter les contacts avec des personnes malades.

• Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Mesures d’hygiène alimentaire :

• Se laver les mains régulièrement au savon ou à l’aide de solutions de lavage hydro-alcooliques, particulièrement avant et après les repas ou le passage aux toilettes.

• Veiller à la qualité des aliments et à leur bonne cuisson ; éviter la consommation de produits alimentaires crus ou peu cuits.

• Peler les fruits et légumes ou les laver soigneusement (à l’eau saine).

• Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.

• Ne boire que de l’eau en bouteille, des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).

• Éviter les glaçons, glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais.

• Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

• Ne pas consommer de viande de brousse

Pour plus d’informations :

• Institut Pasteur
• Santé publique France
• Organisation mondiale de la Santé



Source link

Vous aimerez aussi...