Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères


Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Ces indications ne dispensent toutefois pas le voyageur d’une consultation chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (ceci suffisamment longtemps avant le départ pour permettre le rappel des vaccins).

Avant le départ

Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois élevés à l’étranger, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France à Cotonou. Il est recommandé d’emporter avec soi le contact de son assureur et son numéro de sociétaire.

En cas d’incident de santé sérieux, il est vivement recommandé de rentrer en France pour les soins. Il est conseillé de consulter la liste de notoriété médicale publiée sur le site internet de l’ambassade de France à Cotonou, afin d’identifier un médecin ou un établissement local.

Recommandations pour votre santé

Consultez si besoin votre médecin traitant ou un centre de vaccinations international pour faire une évaluation de votre état de santé, analyser les risques sanitaires et bénéficier de recommandations.

Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et emportez dans vos bagages uniquement les médicaments nécessaires ; ne consommez jamais des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçon). Pour plus d’informations, consultez la fiche Infos pratiques.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer au Bénin. Le vaccin est désormais valide à vie. Il est impératif de se faire vacciner avant le départ dans un centre agréé.

La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée, de même que la rubéole, les oreillons et la rougeole chez l’enfant. La vaccination antituberculeuse est souhaitable.

Veillez à avoir avec vous votre carnet de vaccination et à garder une copie à distance facilement récupérable par voie électronique, en cas de perte ou détérioration. Le carnet de vaccination peut être demandé pour vérification à l’arrivée dans le pays.

Le nord du Bénin est affecté chaque année, notamment au cours de la saison sèche (décembre à mars), par des épidémies de méningite bactérienne qui touchent la zone sahélienne du continent. Il est fortement recommandé d’être vacciné contre la méningite bactérienne A + C + Y + W135, particulièrement en cas de déplacement dans les départements de l’Atacora et du Borgou.

Voir aussi :  THAILANDE Elephant01

Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.

La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas, en fonction des conditions et lieux de séjour. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations international.

Risques sanitaires

Maladies transmises par les moustiques

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques. Le Bénin se situe dans une zone classée de haute résistante, qui confère à la maladie un caractère potentiellement mortel et impose un avis médical pour le choix de la prophylaxie. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux.

Il est recommandé d’appliquer les mesures de protection contre les piqûres de moustiques, particulièrement la nuit et en soirée (cf. ci-après). Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France pendant une durée variable selon le produit utilisé.

Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, et même en appliquant une prophylaxie (médicamenteuse ou mécanique), en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement.

Le Bénin est dans une zone de transmission par les moustiques du Chikungunya. Les symptômes de cette maladie s’apparentent à ceux de la grippe. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. Plus d’informations sur la page “maladies transmises par les moustiques”.

Une recrudescence des cas de dengue est observée au Bénin. La transmission de la dengue s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après). En cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement. La prise en charge est donc avant tout symptomatique : prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. Plus d’informations sur la page “dengue” du ministère de la santé.

Voir aussi :  Saint-Nazaire, les vacances éternelles de Jacques Tati

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

• porter des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;

• utiliser des produits répulsifs cutanés : fiches du Ministère de la Santé et de l’Institut Pasteur ;

• protéger ses lieux de vie (bureau et logement avec moustiquaires de fenêtres et de lit) ;

• détruire les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs).

Fièvre de Lassa

Plusieurs cas de fièvre de Lassa, dont certains mortels, ont été signalés dans l’est (région frontalière avec le Nigéria) et le nord du pays.

Les symptômes de la maladie associent notamment de la fièvre à une faiblesse généralisée et une altération de l’état général. Le virus se transmet à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par l’urine ou les excréments de rongeurs. En cas de suspicion, il convient de consulter en urgence un médecin afin d’établir le diagnostic et d’administrer rapidement un traitement adapté.

La prévention repose sur les mesures suivantes : assurer une bonne hygiène des mains, protéger les restes et les réserves de nourriture dans les maisons, ne pas manipuler ou consommer de viandes de brousse (rats et autres), éviter tout contact avec une personne suspecte ou malade de fièvre de Lassa ainsi qu’avec ses liquides biologiques.

Méningite

La plus grande prudence est conseillée en cas de déplacement dans le nord en saison sèche et il convient d’éviter de s’y rendre avec de jeunes enfants. Il est vivement recommandé de consulter un médecin préalablement à un voyage, pour faire une évaluation sur la nécessité de vaccination contre le méningocoque (A,C,Y,W135). Pour plus d’informations, consultez la page dédiée du Ministère de la Santé.

Choléra

Des cas de choléra sont régulièrement signalés durant la saison de pluies, notamment dans les zones marécageuses du Bénin. Le choléra est une infection digestive bactérienne qui se transmet par ingestion d’aliments mal cuits (fruits de mer, par exemple) ou souillés (fruits et légumes) et ingestion d’eau contaminée. Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence. Les précautions d’usage sont recommandées (cf. mesures d’hygiène alimentaire).

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une maladie bactérienne liée aux salmonelles. Les symptômes associent notamment une forte fièvre à des troubles digestifs et imposent une consultation médicale urgente. Il est recommandé de prendre les précautions d’usage en matière d’hygiène alimentaire (cf. ci-après) et de se faire vacciner avant le départ.

Voir aussi :  [CHIANG MAI & PAI ? - THAILAND] 60 seconds

Rage

La rage est une maladie virale transmissible accidentellement à l’homme par morsure ou léchage d’une muqueuse par un chien, renard ou chauve-souris atteint du virus. La mortalité est très élevée en l’absence de prise en charge médicale rapide et il n’existe aucun traitement curatif de la rage déclarée. La vaccination peut être recommandée avant un séjour en zone exposée et nécessite une consultation médicale préalable. Pour plus d’informations : http://social-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/rage.

Infection par le virus VIH – IST

Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Quelques règles simples

De manière générale :

• Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire).

• Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.

• Se tenir à distance des animaux, de leurs déjections, ainsi que de leur cadavre.

• Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux que vous rencontrez.

• Secouer les habits, draps et sac de couchage pour éviter les piqures de scorpions ou les morsures de serpents.

• Veiller à sa sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues).

• Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.

• Éviter les contacts avec les personnes malades.

Mesures d’hygiène alimentaire :

• Se laver les mains régulièrement au savon ou avec des solutions de lavage hydroalcooliques, particulièrement avant et après les repas et après chaque passage aux toilettes.

• Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.

• Peler les fruits et légumes ou bien les laver (à l’eau saine).

• Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.

• Ne boire que des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).

• Eviter les glaçons, glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais.

• Ne consommer le lait que pasteurisé ou bouilli.

• Ne pas consommer de viande de brousse.

Pour plus d’informations :

Institut Pasteur

Santé publique France

Organisation mondiale de la Santé



Source link

Vous aimerez aussi...