nos meilleures activités dans la Ville rose


La pépite flamboyante de Haute-Garonne abrite des collections remarquables d’art classique, médiéval ou contemporain. Mais aussi une étonnante culture urbaine.

Toulouse c’est « l’eau verte du canal du Midi et la brique rouge des Minimes Â», comme la chantait Nougaro. C’est aussi une tradition culinaire généreuse et abondante : son cassoulet, son foie gras d’oie ou de canard, sa saucisse ou son gâteau du Fénétra. Et quels trésors la cité gasconne renferme encore au-delà de ses monuments emblématiques tels que le Capitole, le couvent des Jacobins ou la basilique Saint-Sernin ! Jadis capitale des Wisigoths, aujourd’hui pôle aéronautique et spatial incontournable, la pépite flamboyante de Haute-Garonne abrite en effet des collections remarquables d’arts classique, médiéval ou contemporain mais aussi une foisonnante culture urbaine.

En ce moment

Le musée des Abattoirs a inauguré en octobre 2022 une exposition événement consacrée à la deuxième partie de la carrière artistique de la prolifique Niki de Saint Phalle (jusqu’au 5 mars 2023 ; lesabattoirs.org). On y rencontre notamment ses fameuses nanas (gonflables), des éléments du jardin des Tarots ainsi qu’un bestiaire extraordinaire dans lequel figure notamment l’animal totem de l’artiste franco-américaine, le serpent. L’exposition met aussi en lumière les différentes prises de position de cette pionnière aussi talentueuse que solaire. Au total, près de 200 œuvres et archives plongent les visiteurs de tous âges dans l’imaginaire follement espiègle, coloré, réjouissant et énergique de cette artiste engagée. Sans oublier l’espace créatif accueillant les enfants !

Pour combler les amateurs d’art et d’histoire, le Muséum n’est pas en reste puisqu’il accueille depuis le 22 octobre la fascinante exposition « Momies, corps préser­vés, corps éternels Â» (jusqu’au 2 juillet 2023 ; museum.toulouse.fr). Et pour les familles, le Muséum a mis en place une multitude d’ateliers, de médiations et d’activités ludiques permettant d’aborder les sujets sensibles comme le cycle de la vie, la mort et le corps avec le jeune public.

Visites

Le musée des Arts Précieux Paul-Dupuy

Après plus de trois ans de travaux, le Musée des arts précieux Paul-Dupuy rouvre ses portes mi-novembre. Situé dans le quartier historique des Carmes, l’édifice ocre à la cour pavée est le musée des arts décoratifs et des arts graphiques de la mairie de Toulouse. Installé dans l’ancien hôtel particulier d’un parlementaire toulousain du XVIIe siècle lors de sa fondation, au début du XXe, ce lieu qui fut privé et abrita la riche collection de l’amateur d’art Paul Dupuy (1867-1944) a été légué à l’État puis rétrocédé à la ville, qui l’a inauguré le 14 juillet 1949. Tableaux, objets d’art et ethnographiques, trésors religieux, faïences régionales, sculptures, mobilier, dessins, estampes… Constamment enrichies depuis l’origine, les collections du musée restent à l’image de son inventeur, précieuses et éclectiques. Des curiosités qui se (re)découvrent à l’aune du numérique avec une nouvelle muséographie, qui poursuivra la présentation de collections permanentes et temporaires, en visite augmentée (vidéos, projections, application dédiée, bornes numériques). 13, rue de la Pleau. Tél. : 05 31 22 95 40. ampdupuy.fr

Voir aussi :  ces séjours pensés par de grands champions pour les passionnés de sport

La chapelle Saint-Joseph de-La-Grave

Au terme de six années de travaux colossaux, la chapelle Saint-Joseph de la Grave, véritable boussole du quartier Saint-Cyprien, est à nouveau accessible. Culminant à 40 mètres, sa coupole agit comme un repère pour les habitants de la rive gauche mais rares sont les Toulousains à en avoir vu l’intérieur, l’accès ayant longtemps été réservé aux seuls pensionnaires de l’hôpital. Bâtiment le plus photographié de Toulouse, la chapelle de la Grave fait en effet partie de l’hôpital éponyme, érigé en 1197 afin de recevoir les pestiférés mais aussi les vieillards, les orphelins et les prostituées. Sa maternité a notamment vu naître l’illustre chanteur de tango natif de la Ville rose, Carlos Gardel, né Charles Gardès en 1890. La consécration de l’édifice religieux à saint Joseph, patron des charpentiers, souligne le rôle qu’eut ce dernier au XVIIe siècle, pendant la période du grand renfermement des pauvres. Édifiée au XVIIIe siècle sur un banc de gravier laissé par la Garonne (d’où son nom), la chapelle achèvera bientôt sa mue avec l’aménagement d’un jardin public à l’horizon 2024-2025. Rue du Pont-Saint-Pierre. Tél. : 05 17 42 31 31. toulouse-tourisme.com

Bars et lieux festifs

Satch Club

Ce club et jazz bar se trouve à proximité du Capitole. Photo presse

Hyper central puisque voisin du Capitole, ce club et jazz bar rétro chic installé dans l’ancien restaurant Les Caves du Capitole offre une ambiance cave voûtée en brique qui sera tout à fait au goût des amoureux de speakeasy améliorés. Banquettes en velours, tables en laiton, moquette graphique et fumoir à cigares parachèvent à merveille la touche feutrée façon Années folles du lieu. Au son de concerts live, on y déguste des cocktails classiques (Spritz, Maï Taï, Negroni, Moscow Mule ou Old Fashioned, 10 €), revisités (Mojito Verveine ou Caïpirinha Basilic, 12 €) ou créations (Garrisson Fire, Bourbon Sacquet, Tonka, Cognac Express, Red Basil, Japan Style ou Nordik, 13 €), voire des breuvages sur mesure pour les plus exigeants (14 €). Le vendredi de 19 h à 2 h, le samedi de 19 h à 3 h. 3, rue Lafayette. Tél. : 06 27 51 12 22. satch-club.fr

Le Soulier

Restaurant le midi et cocktail-club le soir, cette adresse du quartier Saint-Étienne est un incontournable pour les adeptes d’apéro dînatoire. Petit frère du restaurant du quartier Arnaud Bernard, Aux pieds sous la table, cet établissement situé à quelques pas du Jardin des Plantes et du palais Niel succède à plusieurs institutions de la ville : l’auberge L’Hôtellerie de la ville de Rodez au XVIIIe siècle, Le Vélane qui occupa les lieux pendant deux décennies, et plus récemment, La Lune Bleue. Ici, Classiques et Twists (9-11 €) côtoient Aperitivo et Low ABV inspirés (faiblement alcoolisés, 7-9 €), voire Mocktails élaborés (sans alcool, 7 €) qui raviront les buveurs du dimanche comme les abstinents. Le vendredi de 14 heures-une heure. 3, place Montoulieu. Tél. : 05 61 57 70 99. lesoulier.fr

Voir aussi :  Voyage rencontre en Thaïlande. Description de l'offre

Où dormir ?

La Tour du Capitole

Dans un lieu exceptionnel ( une tour gothique du XVe) en plein centre de Toulouse, cet établissement possède un charme inouï. La Tour du Capitole / photo presse

Dans une ruelle piétonne nichée dans le centre historique toulousain et donc à proximité immédiate de tous les sites touristiques incontournables de la ville, La Tour du Capitole promet un séjour (et des photos) mémorable. Imaginez plutôt : une superbe tour gothique édifiée en 1477 par le capitoul Pierre Séguy puis remaniée dans le goût Renaissance par le capitoul Jean de Bolé en 1550. Surplombant les toits de la ville, ce fleuron du patrimoine local et véritable écrin de raffinement vient d’être dévoilé par sa propriétaire toulousaine, Astrid Béteille, après une ­totale rénovation achevée fin 2021 et menée par l’architecte Christophe ­Bénichou. Mêlant à merveille histoire, confort et modernité, ce projet familial s’inscrit dans une ambition plus vaste de restauration de l’hôtel particulier qui l’abrite. D’une efficacité, d’une ­sobriété et d’un romantisme redou­table, chaque détail a été pensé pour ­préserver au mieux l’identité du lieu. La tour des capitouls s’est ainsi muée en un sublime triplex placé à l’angle de la cour intérieure et composé d’une salle de bains octogonale au premier niveau, d’une chambre voûtée au deuxième et d’un espace à vivre aux formes arrondies au dernier étage (à partir de 180 €). 4, rue Jules-Chalande. Tél. : 07 56 91 06 06 ; latourducapitole.com

Maison soclo

Idéalement située, à quelques foulées seulement du Capitole, des Jacobins et à deux rues du jardin Compans-Caffarelli, la toute jeune Maison Soclo accueille aussi bien les globe-trotters que les Toulousains adeptes de bars feutrés et de brunchs stylés. Pour l’anecdote : la précédente propriétaire de la demeure n’était autre que la fille de l’artiste Marc Saint-Saëns, lui-même petit-neveu de Camille. Ouvert il y a tout juste un an par Chloé Casalta et son compagnon Nicolas, l’établissement réhabilité offre 16 chambres de standing aussi douillettes qu’authentiques (à partir de 215 € la nuit). Les amoureux de cocktails signatures comme les sans-alcool seront ravis par les créations inspirées du Bar de Gaspard signées Christophe Demoulin : Le Green, El Floridita, Gaspard Spritz (mocktail)… Félicitons enfin l’arrivée récente du chef toulousain Guillaume Susin. Ajoutez à cela une jolie piscine extérieure, un très agréable jardin dominé par un cèdre et une coquette terrasse végétale et ensoleillée, Maison Soclo semble bien partie pour booster l’hôtellerie locale sans sacrifier la carte de la proximité. 34 bis, rue Valade. Tél. : 05 36 09 99 99. soclo.fr

Excursions

Parcours thématique « chez l’habitant Â»

Quelle meilleure façon de découvrir une destination si ce n’est en compagnie d’un de ses habitants ? C’est le concept de Toulouse Greeters, ­association mettant en relation « greeters Â» toulousains et visiteurs ­curieux de découvrir la ville sous un angle différent. Boutiques alternatives, friperies, salons de thé, marchés, street culture et graffitis ou coins hyperphotogéniques mais ­ultra-secrets : les amoureux d’itinéraires bis thématiques vont adorer cette manière de dénicher quelques-uns des lieux les plus confidentiels de la ville, guidés par un initié plein de ressources et de surprises (maximum 6 personnes, participation libre, sur réservation en ligne). Toulousegreeters.fr

Farinettes & Cie

Voir aussi :  Croisière en Antarctique, à la découverte des plus grands icebergs de la planète

Découvrir Toulouse à travers un parcours gustatif ponctué d’anecdotes historiques, culturelles et gastronomiques sur la Ville rose ? C’est la proposition savoureuse et originale de Gabrielle Guinaudeau, à l’origine de Farinettes & Cie. Accompagnée de son fidèle transporteur baptisé la Carriole, la jeune femme conduit ­curieux et gourmets dans les lieux animés, confidentiels ou grandioses de la ville, saupoudrant ses différents itinéraires hors des sentiers battus de dégustations sucrées ou salées mais toujours ­issues d’ingrédients locaux et de qualité. Comment ça se passe ? Il suffit de la retrouver au point de rendez-vous dans le centre-ville de Toulouse avant de se lancer à la découverte de l’architecture et de l’histoire de la cité gasconne en arpentant ses places et ses ruelles. À chaque étape de la visite, Gabrielle fait une pause dégustation de mets sélectionnés chez des producteurs engagés dans la qualité alimentaire (formule variable selon la balade choisie, sur réservation uniquement, jusqu’à 10 personnes). Place du Salin. Tél. : 07 81 38 94 30. farinettesetcompagnie.com

Graffitis et chasse à « cour Â»

Vue aérienne de Toulouse. La Ville Rose se découvre aussi au fil de cours cachées ou cloîtrées. saiko3p

Cour cachée, cour cloîtrée ou cours d’eau : vous l’avez compris, c’est une visite « côté cour Â» que propose l’office de tourisme de la ville. Une balade de deux heures qui peut ­prêter à sourire et à s’étonner face aux bons mots du guide pour appréhender la Ville rose de manière plus ­singulière. Les détenteurs du Pass Tourisme (à partir de 18 €) en quête d’originalité seront bien avisés ­puisque les visites « Toulouse secrète ou la ville méconnue Â» (départ du donjon du Capitole) et « Graff Tour Â» (départ place Arnaud-Bernard) sont elles aussi gratuites avec ledit sésame. Office de tourisme de Toulouse Métropole. Donjon du Capitole, square Charles-de-Gaulle. Tél. : 05 17 42 31 31. toulouse-tourisme.com

Expérience

Espace Pastel

Maître artisan en métiers d’art, membre des Ateliers d’art de France, ­designer et créatrice textile des ­marques AHPY Créations Bleu de Pastel et ­Pastel & Violette, Annette Hardouin propose un atelier Démo Privilège de 1 h 30 chaque samedi à 9 h 30 dans ce tout nouvel espace inauguré mi-octobre. On y découvre les tech­niques de teinture et l’histoire du pastel, or bleu du pays de ­Cocagne, et on peut même y teindre un échantillon de tissu dans une ­petite cuve et repartir avec un ­chèche « made in Occitanie Â» teint par les soins d’Annette à partir du pigment local. 13, rue des Lois. Tél. : 05 62 79 17 91. ahpy.eu



Source link

Vous aimerez aussi...