Le top 10 des plus belles plongées du monde


De la grande barrière de Corail en Australie en passant par la mer Rouge en Égypte, cap sur ces destinations où explorer la faune et la flore sous-marine.

Tour du monde en dix plongées, mais pas n’importe lesquelles. Notre sélection de spots variés (eaux froides, eaux fraîches, eaux tropicales, eaux douces) vous permet de découvrir des créatures inédites, comme le minuscule hippocampe pygmée et le photogénique poisson-mandarin tout autant que les «Big Five» sous-marin, dont les requins.

À Rangiroa, safari au milieu des top prédateurs (Archipel des Tuamotu)

Habitués aux plongeurs, les dauphins de l’archipel des Tuamotu s’en approchent régulièrement. Jean-Louis Danan

Les contours de la masse grise qui émerge se dessinent à peine. Est-ce un grand requin-marteau, un requin à pointe blanche de récif, un requin soyeux, un requin-tigre, une raie léopard, une manta, un marlin ou bien un grand dauphin? La magie de la passe de Tiputa opère, avec son festival d’émotions et d’apparitions imprévues. Chaque plongée à Rangiroa (Polynésie française) peut se transformer en jackpot avec l’observation de plusieurs espèces. Bougeant à peine et profitant du courant qui oxygène leurs corps, les dizaines de requins gris sont de familiers compagnons. Habitués depuis 30 ans aux plongeurs, les dauphins les considèrent comme partie intégrante de leur univers et s’en approchent régulièrement.

Notre conseil : allez déguster un ma’a (repas) au snack de Puna, en bordure du quai. Carpaccio de bonite ou perroquet au lait de coco… c’est l’excellence paumotu !

Pour qui ? Plongeurs aguerris et confirmés.

À Sipadan, la symphonie des tortues vertes (Malaisie)

Vous pourrez croiser des bancs de carangues lors de votre session de plongée à Sipadan, petite île au large de Bornéo. Jean-Louis Danan

Une chanson popularisée par des guides du bateau Celebes Explorer raconte l’univers de Sipadan, une petite île au large de Bornéo en Malaisie : groupes de barracudas et de carangues, anguilles de jardin, corail dur et mou voisinent avec les célébrités des lieux : les tortues vertes. Par dizaines, ces reptiles aux carapaces que l’on croirait vernies nagent tranquillement le long du récif ou s’accouplent en surface tandis qu’un placide requin-léopard pointe le bout de son immense caudal. Coup de cœur également pour le banc de perroquets à bosse et les antennaires, dont la livrée (comme un caméléon) prend la couleur de l’environnement où il pose ses pattes.

Voir aussi :  gerard.hebert,youTube,voyages à l'étranger,paysages du monde

Notre recommandation : la grotte popularisée par Cousteau en 1989 est interdite (tête de mort à l’entrée). Les squelettes des tortues et d’un dauphin immergé à dessein se trouvent dans de petits boyaux que certains guides font visiter… illégalement.

Pour qui ? Tous plongeurs, y compris débutants et juniors.

À Saint John’s (Egypte), les récifs arc-en-ciel de la Mer Rouge

Les récifs arc-en-ciel de la Mer Rouge ne sont accessibles qu’en bateau depuis les côtes égyptiennes. Jean-Louis Danan

Les vertigineux à-pics de de ces récifs éloignés des côtes de l’Egypte et accessibles uniquement en bateaux de croisière équipés pour la plongée sous-marine se teintent de rouge et d’orange, de blanc et de rose, de jaune citron et de vermillon, de pourpre et de parme. Les couleurs se juxtaposent comme dans un tableau impressionniste. Le corail mou ouvre ses polypes pour filtrer les nutriments dont il a besoin. Au milieu de cette beauté récifale vit une myriade de poissons : perroquets, papillons, cochers, antennaires qui accentuent encore la féerie colorielle.

Notre conseil : idéal pour une vraie déconnexion.

Pour qui ? Plongeurs niveau II, avec 50 plongées minimum.

Ribbons Reefs (Est de l’Australie), spectaculaires

Avec ses 400 espèces de coraux, ses 1 500 espèces de poissons et ses 4 000 espèces de mollusques, la grande barrière de corail est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Tourism Australia

Au nord de Cairns en Australie, la Grande barrière de corail (GBR) déroule ses dédales de grottes, de cavernes et de sites colorés. Le spot le plus connu est Cod Hole, où d’énormes et inoffensifs mérous patates frôlent les plongeurs et essaient même de leur chiper leurs détendeurs. Sur ces spots éloignés, requins de récif et raies sont aussi de la partie.

Notre conseil : la GBR étant assez éloignée des côtes du Queensland, faire des allers-retours quotidiens pour y plonger n’est pas une bonne idée. Les mini-croisières sur les ribbons 9,10 ou au-delà, en mer de Corail permettent de plus belles découvertes.

Pour qui ? Tous plongeurs.

À Kangooro Island (Australie méridionale), créatures étranges

Plonger à Kangooro Island, c’est se retrouver nez à nez avec des otaries à fourrure et des lions de mer. Tourism Australia

Son élégante silhouette se confond avec les sargasses. Le magnifique hippocampe feuille, roi du camouflage est difficile à dénicher pour un œil non exercé, mais les moniteurs savent le repérer. Le placide requin de Port-Jackson et la pieuvre aux anneaux bleus sont les vedettes des lieux. Otaries à fourrure et lions de mer s’invitent quasiment à toutes les plongées, les dauphins régulièrement.

Voir aussi :  Visiter la Thaïlande : Emerald Pool (Krabi)

Notre conseil : passez du temps aussi à terre. L’île est peuplée de kangourous et de wallabies, d’opossums et de koalas, d’émeus et de ravissants manchots pygmées.

Pour qui ? Tous plongeurs.

Aux Poor Knights Islands (Nouvelle-Zélande), le bout du monde

La meilleure période pour plonger dans les Poor Knights Islands se situe entre décembre et février, en plein été austral. Danita Delimont

Ses nageoires rayonnées d’un bleu quasi électrique en font l’attraction du site : le maomao bleu (Scorpis violacea) vit et chasse de manière coordonnée à une telle allure que lors de cette frénésie alimentaire, les eaux du parc naturel des îles Poor Knights au nord-est d’Auckland (Nouvelle-Zélande) semblent mousseuses. Plonger dans cette chaîne volcanique éteinte depuis des siècles revient à se glisser dans un entrelacs de tombants et de pinacles rocheux, de grottes, d’arches et d’à-pics vertigineux où vit une faune tropicale : requins de récif, raies, dorades, poissons-scorpions, murènes, anémones et gorgones.

Notre conseil : y aller en été austral (décembre, janvier, février) lorsque les eaux sont plus chaudes. Plongez également dans les fiorlands de l’île du Sud.

Pour qui ? Plongeurs passionnés.

À Papua Barat (Indonésie), densité record d’espèces

Pas moins de 374 espèces d’animaux et 130 variétés de coraux peuplent Cenderawasih Bay au large de l’Indonésie. Jean-Louis Danan

Cenderawasih Bay, c’est l’immersion dans un monde de superlatifs : record d’espèces faune et flore. C’est aussi un habitat les bénitiers géants et les dugongs, animaux en voie de disparition. Carangues et barracudas virevoltent en bancs, des thons à dents de chien passent dans le bleu. Possibilité également de voir de nombreux requins, dont le requin-tapis (rare) et le requin bambou marcheur, découvert en 2013.

Notre conseil : ne passez pas à côté des beautés terrestres de cette région de l’est de l’Indonésie, de sa jungle de ses hommes et de leur culture.

Pour qui ? Plongeurs confirmés (courants).

Voir aussi :  Voyage en Thaïlande: le village des artisans de Thale Noi (Phatthalung)

À Castle Rock (Afrique du sud) : ambiance spectrale

Il faut être un minimum entraîné et sportif pour se sentir à l’aise dans les eaux fraîches de Castle Rock. Eric Le Coedic/H2O

Dorades romaines, janbruins, mâchoires du Cap, poissons-zèbres, galjoens … Des noms de poissons inconnus sous nos latitudes mais communs dans la région du Cap en Afrique du Sud. Roussette vipérine, virli dentu, requin-hâ, requiem de sable…, des requins timides observés dans ces eaux d’un vert laiteux qui recèlent de multiples et inédites trouvailles.

Notre conseil : les mises à l’eau étant parfois mouvementées. Il faut être un minimum entraîné et sportif pour se sentir à l’aise dans ces eaux fraîches.

Pour qui ? Plongeurs aguerris.

Riviera Maya (Mexique) : stalactites et stalagmites dans les cénotes

L’exploration des cénotes de la Riviera Maya au Mexique est réservée aux plongeurs non claustrophobes. phoceo mexico

Ce réseau souterrain de rivières, grottes, boyaux et cavités est unique au monde. Chaque cénote possède sa spécificité : descente à 40m, traversée de tunnels, vestiges archéologiques ici ou là. L’ambiance de ces boyaux où le soleil perce à travers la luxuriante végétation en illuminant stalactites et stalactites se savoure avec volupté.

Notre conseil : il est indispensable de maîtriser parfaitement sa flottabilité pour ne pas abîmer les structures.

Pour qui ? Plongeurs non claustrophobes. Certains cénotes sont accessibles aux débutants.

À Anilao (Philippines), session camouflage

Anilao est le spot de référence pour la muck dive aux Philippines. Jean-louis Danan

La pratique de la « muck dive Â», la plongée dite macro, se fait à Anilao aux Philippines. L’idée étant de fouiller du regard le récif et de dénicher l’adorable et minuscule (2 cm) hippocampe pygmée dont le corps bulbeux rose et blanc se confond avec les branches des gorgones auxquelles il s’accroche. Mais aussi le poisson-mandarin à la livrée bariolée : rouge, jaune, bleu, vert émeraude… Ses ébats qui se déroulent à la nuit tombée font le délice des photographes.

Notre conseil : ce type de plongée très particulier ne s’adresse pas aux amoureux des grandes dérives et des abysses.

Pour qui ? Les plongeurs même débutants, les juniors.



Source link

Vous aimerez aussi...