Après 50 ans de fermeture, la renaissance du TER de la rive droite du Rhône


EN VIDÉO – Une partie du Gard sera donc à nouveau desservie par des trains voyageurs. La fin d’une aberration sur le territoire français.

Ces 82 petits kilomètres ont fait couler beaucoup d’encre. Car en France, rouvrir une ligne ferroviaire n’a rien d’une sinécure. En 1973 le trafic passager cessait sur la ligne entre Avignon et Pont-Saint-Esprit, où l’on ne pouvait plus se rendre en train. La ligne était pourtant toujours en service, mais pour le fret seulement ou, à de rares occasions, pour servir de voie de contournement pour les trains passagers lors d’avaries sur la rive gauche du Rhône. En 2016, la région Occitanie lançait le projet de sa réouverture pour le public. Il s’agissait de redynamiser ce bassin de population de 600.000 habitants, jusqu’alors très mal desservi.

Le tronçon concerné s’étendait de Nîmes à Pont-Saint-Esprit, en passant par Avignon, Bagnols-sur-Cèze. La région assumait l’entier financement de cette renaissance. On annonçait l’inauguration pour 2021. C’était hélas sans compter sur le pointillisme exacerbé de SNCF réseau, et surtout de l’Établissement de sécurité ferroviaire qui, au terme de plusieurs années d’études, a exigé… de nouvelles études. De quoi provoquer la colère de Carole Delga, la présidente de la région Occitanie, qui a aussitôt alerté le premier ministre. Jean Castex, très sensible à la problématique des territoires mais soucieux de ne vexer aucun parti, a opté par un compromis. Un premier tronçon a été ouvert cette semaine, qui dessert 5 fois par jour Avignon, Bagnols-sur-Cèze et Pont-Saint-Esprit, et une fois par jour, pousse les passagers jusqu’à Nîmes.

Voir aussi :  Voyager en THAILANDE : mon avis

200.000 passagers devraient emprunter cette ligne chaque année

La ligne de la rive droite du Rhône entre Nîmes et Pont-Saint-Esprit SNCF

La suite est prévue pour 2026 avec l’ouverture vers le nord des gares de Villeneuve-lez-Avignon, Roquemaure/Tavel, Laudun/L’Ardoise, et vers le sud des gares d’Aramon, Remoulins/Pont-du-Gard et Marguerittes. Ces gares font actuellement l’objet de travaux de remise aux normes, notamment la réfection de quais en partie disparus. Selon les prévisions, plus de 200.000 passagers devraient emprunter cette ligne chaque année. Et pour les attirer, tous les billets sont à 1 euro jusqu’à la fin septembre. La région a d’autres projets en cours, comme la réouverture de ce qu’on appelle les « lignes de vie Â» c’est-à-dire de Montjereau-Luchon où circuleront des trains à hydrogène, et Alès-Bessèges. Suivront les lignes Rodez-Sévérac, Carcassonne-Quillan et l’amélioration du fameux train jaune, emblématique du pays catalan.



Source link

Vous aimerez aussi...