Vacances entre amis (insupportables) : gare au radin !


Partir en vacances entre amis avec un radin peut se révéler hasardeux. kues1 – stock.adobe.com

SÉRIE D’ÉTÉ (1/5) – Partir entre amis peut se révéler hasardeux selon le profil des participants. Tour d’horizon des «sujets à risque» et trois astuces pour les apprivoiser.

Le radin est d’abord un stratège de l’économie. Un tire-au-flanc de la dépense. Il est une tâche qu’aucun buvard ne parvient à pomper, imperméable aux petits plaisirs de l’été, du moment bien sûr que sa Carte bleue en est le débiteur. On le décèle lors de l’organisation des vacances. Quelques indices ne trompent pas. S’il préfère du camping sauvage en Auvergne à un hôtel à Mykonos, méfiance… Et si à la réservation au moment de donner sa Visa Premier, il précise « qu’elle est plafonnée ». Plus aucun doute : devant vous se dresse le radin !

Pour autant, il n’aime pas se montrer sous ce jour économe et use de différents masques pour le dissimuler. Celui de l’écologiste en est un. Prendre l’avion ? « Et l’empreinte carbone ? ». Prendre le train, « Avec les grèves, c’est le meilleur moyen de ne jamais partir. Non merci ! ». Ce qu’il préfère, comme moyen de transport, c’est la voiture des autres. Ce véhicule si pratique et sans aucun entretien…

Quelques minutes avant de passer un péage le radin s’endort. À la station-service, il n’achète rien de comestible, « on ne sait pas d’où ça sort… », mais finit quand même par plonger sa main dans votre paquet de chips « juste pour goûter » ! Si les vacances le mettent sur le sable, il évitera à la plage les emplacements payants. Adepte de la gourde, il ne consomme rien, ne fréquente pas les terrasses des bars et a le shopping culpabilisant : « Ton tee-shirt à 10 €… Évidemment fabriqué par des enfants ».

Voir aussi :  Covid-19 : Grèce : test PCR obligatoire avant le départ et confinement général

« J’aurais adoré vous accompagner, mais mon estomac dit non. »

Allongé sur votre serviette, puisqu’il n’a pas pris la sienne, il écoute de la musique sur la plateforme musicale d’un pote, qui lui a donné ses codes. Son horreur de la dépense, le rend extrêmement frileux sur l’opportunité d’aller au restaurant, quitte à convoquer le carabin qui sommeille en lui : « J’aurais adoré vous accompagner, mais mon estomac dit non.» Le comble est qu’en ne dépensant rien, le radin peut ruiner vos vacances.

Pour s’en sortir :

  • Ne jamais lui confier l’organisation d’un séjour.
  • Ne jamais lui avancer le moindre euro.
  • Lui demander quand on sort s’il n’a pas oublié son argent.



Source link

Vous aimerez aussi...