Voyage en Algérie dans les pas des Touaregs, gardiens de la préhistoire


GRAND REPORTAGE De nouveau ouvert aux touristes, le plateau du Tassili n’Ajjer dans le Grand Sud algérien dévoile des peintures rupestres datant de 8000 ans avant notre ère. Un inestimable voyage par-delà les âges et les cultures.

Il est là. Enveloppé dans sa superbe, un takakat (vêtement long) vert-bleu et un tagelmust (chèche) blanc. Ses yeux charbon ardent rivés sur l’horizon. En appui sur un bâton, le buste penché par des années d’efforts à arpenter sa terre. Et quelle terre ! «C’est beau, c’est bon !» condense Agaoued Mechar, notre guide touareg. «Photo, photo !» s’empresse-t-il d’ajouter, heureux de savoir les touristes étrangers autorisés à revenir sur le plateau du Tassili n’Ajjer dans le Grand Sud algérien, classé zone rouge ­(formellement déconseillée) par le ministère des Affaires étrangères depuis 2008.

Élevé à 1200-2000 mètres d’altitude sur 800 kilomètres de long, entre 80 et 300 kilomètres de large, aux confins de la Libye et du Niger, cet océan de rochers et de sable semble tombé de la Lune : oueds asséchés, canyons béants, falaises excavées, blocs de grès calcinés, éboulés, érodés… Dans ce chaos, des peuples du néolithique ont peint leur quotidien, leurs croyances et leurs mythes…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 93% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link

Voir aussi :  Voyage - Dream State

Vous aimerez aussi...