Week-end à Lens, un musée d’architecture à ciel ouvert


REPORTAGE – Le Printemps de l’Art déco se tient jusqu’au 26 mai dans les Hauts-de-France, mais c’est dans cette ville que cet événement fait encore plus sens.

À Lens (Hauts-de-France)

Lens et l’Art déco, c’est toute une histoire ! Pour la 7e édition du Printemps de l’Art déco, temps fort régional qui vise à faire découvrir des lieux méconnus, la ville labellisée Pays d’art et d’histoire n’a pas lésiné sur les visites guidées, les ateliers (de mosaïque ou de création de bijoux), ainsi que sur les séjours thématiques qui poussent des portes d’ordinaire fermées. C’est le cas des anciens « grands bureaux » de la Société des mines de Lens, truffés de lustres Daum et de mobilier Majorelle. Ce bâtiment emblématique, devenu faculté des sciences, est ouvert pour trois visites exceptionnelles le 18 mai, à 10h30, 14 h et 16 h. La gare de Lens, aussi inscrite à l’Inventaire des monuments historiques, sera racontée par une guide-conférencière le 26 mai à 15h30.

Avec sa forme de locomotive, unique au monde, signée par l’architecte Urbain Cassan et ses étonnantes mosaïques, elle méritait bien une visite à elle seule… même si elle fait bien sûr partie du parcours « 45 minutes essentielles » initié par la ville dans le cadre de ce festival autour de l’Art déco. Au même titre que les sublimes façades du centre-ville, aux bow-windows, ornements et ferronneries témoins de l’avant-gardisme des années 1920, quand Lens, presque entièrement détruite durant la Grande Guerre, a dû se reconstruire. Pour jouer les prolongations, l’architecte-illustratrice Anne Vanrapenbusch proposera une exposition itinérante, présentant vingt détails d’architecture, sur les grilles du jardin public de Liévin, à 4 km de Lens, tout le mois de septembre.

Programmation et week-ends thématiques Art déco : printempsartdeco.fr Visite guidée Art déco du mer. au dim., de 15 h 30 à 16 h 15, 4 €. Tél.: 03 21 67 66 66. tourisme-lens-lievin.fr

VISITES

1. La mine racontée

Top chrono ! Cette visite guidée « 45 minutes essentielles autour de la mine » est parfaite pour démentir les clichés misérabilistes et comprendre un pan crucial de l’histoire et de la vie économique et sociale de la région, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Au départ du Musée du Louvre-Lens, édifié sur un ancien carreau de fosse, Jeanne, guide-conférencière, éclaire : « Sous vos pieds, plus de 600 mètres de puits de mine, l’équivalent de deux tours Eiffel en hauteur. » Voilà qui pose les choses. On poursuit juste en face, dans la Cité 9, dite Saint-Théodore, à la découverte de l’habitat du bassin minier, inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2012. Maison de l’ingénieur, du médecin, école, presbytère, église… tout est réhabilité (ou en voie de l’être) jusqu’aux corons désormais transformés en hôtel 4-étoiles. De la cité, on peut facilement pousser à pied jusqu’aux terrils jumeaux, les plus hauts d’Europe (186 m), et leurs chevalements : l’un d’époque, en métal ; l’autre moderne, en béton. Ces pyramides noires, devenues vertes grâce à une louable dynamique de reconquête des friches, se gravissent jusqu’au sommet.

Voir aussi :  Crash ES2 rallye antibes 2013 : on l'a échappé belle

Visite guidée du mer. au dim., de 14 h à 14h45, 4 €. tourisme-lens-lievin.fr

La Maison de l’ingénieur, à Loos-en-Gohelle.
La Maison de L’Ingénieurla

2. Mondes souterrains

Le Louvre-Lens nous plonge dans les tréfonds de la terre et de l’être humain. Cette exposition temporaire (jusqu’au 22 juillet) explore à la fois les entrailles géographiques, mais aussi les zones d’ombre de l’esprit, mort et folie comprises. Deux cents œuvres, de Dante à Christo ou Éva Jospin, et une mise en abyme exceptionnelle dans une région où l’exploitation du sous-sol, arrêtée en 1990, reste ancrée. L’occasion de faire un tour dans la galerie du Temps : jusqu’au 30 mai y est encore exposée La Dentellière, chef-d’œuvre de Vermeer qui a été prêté au musée pour un an.

Entrée exposition « Mondes souterrains », 11 €. Galerie du Temps, gratuit. Louvre-Lens, 99, rue Paul-Bert. Tél. : 03 21 18 62 62. louvrelens.fr

OÙ DORMIR ?

3. Ibis Styles centre gare

Mistinguett, Joséphine Baker, Dalida, Yves Montant, Claude François… tout ce que la France a compté de célébrités, entre 1920 et 1970, s’est un jour produit ici, à l’Apollo, jadis plus grande salle de spectacles au nord de Paris, avec ses 2 500 places. Devenu cinéma, l’établissement à l’abandon depuis les années 2000, a été remplacé par un 3-étoiles du groupe Accor en mai 2022. Seule la spectaculaire façade blanche Art déco a été reconstruite à l’identique en raison de son classement historique. Symbole de renouveau du quartier, cet hôtel de 85 chambres avec bar et salle de projection ne renie rien du passé du lieu, forçant même les clins d’œil au septièmeart et à la musique. Un point de chute idéal, juste en face de la gare.

À partir de 103 € la nuit, avec le petit déjeuner. 14, place du Général-de-Gaulle.

La maison d’ingénieur

Dressée au cœur de la cité minière du 12-14, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, cette véritable maison d’ingénieur des mines, reconnaissable à sa toiture à quatre pans débordants, est devenue un tiers-lieu. À la fois hôtel, auberge, restaurant, café citoyen et culturel, jardin partagé de 3 000 m2, site d’animations, d’ateliers et de concerts, c’est un havre de convivialité géré – et rénové en 2021 – par l’association Porte-Mine. Six coquettes chambres doubles et deux minidortoirs avec lits-cabanes, de 12 m2 à 20 m2, se déploient sur deux étages. « Charles, Elisa, Charlotte, Laurent… nos chambres portent les prénoms des membres de l’association », dévoile Nadège, responsable de l’hébergement. On ne se prive pas de réserver aussi une table : le chef Jean-Yves Blain a officié au Galibot (le restaurant bistronomique de l’hôtel du Louvre-Lens) avant de revenir enfiler la toque ici, en bon enfant du quartier.

Voir aussi :  Voyage en Thaïlande : le Temple du Dragon à Kanchanaburi (Wat Ban Tham)

Lit dortoir, 22 €. Chambre double, 65 €. Suite, 95 €. 4, rue Vasco-de-Gama, 62750 Loos-en-Gohelle. Tél. : 09 83 55 05 65.

À TABLE !

Al’Fosse 7

Bienvenue à la mine… de souvenirs ! Dans cet estaminet d’Avion, à 5 min du centre de Lens, les murs couleur charbon bardés d’étayages en pin et de photographies en noir et blanc rendent hommage aux gueules noires qui descendaient « au fond » pour la journée, leur « briquet » (casse-croûte) en bandoulière. Si Jonathan, le patron quadragénaire, n’a jamais connu la mine, ses aïeux, oui. Et c’est pour perpétuer l’histoire familiale qu’il a créé en 2008, de retour d’expatriation en Irlande, ce sanctuaire patrimonial… et culinaire. Ici, on entre par la « salle des pendus » (où les vêtements de mineurs étaient suspendus à des crochets) qui accueille aussi outils, jeux d’estaminet d’époque, berlines de mine et seaux à charbon. À table, on choisit des plats typiques (potjevleesch, carbonade flamande…) sur un menu en patois. Pas de doute, on est dans l’ambiance !

Plat à partir de 18,60 €. 94, boulevard Henri-Martel, 62210 Avion. Ouvert 7 j/7 le midi ; le soir, ven. et sam. Tél. : 03 21 43 06 98. alfosse7.fr

Restaurant Al’Fosse 7, à Avion.
Elodie Declerck

4. Le Piano Bar

Récemment ouvert en plein centre-ville, cet établissement mérite d’être encouragé. Le Piano Bar, dont le nom se chuchote entre gastronomes conquis et mélomanes qui viennent y apprécier les soirées live emmenées par un saxophoniste ou une violoniste, n’a pas d’équivalent à Lens. À l’accueil, au service et au piano, l’élégant et solaire Walid reçoit en amphitryon. Dans l’assiette, du fait- maison pour un rapport qualité-prix imbattable. Ainsi que des viandes nobles : bœuf blanc-bleu, angus, black angus. Seule entorse dispendieuse à l’ardoise : une côte de bœuf wagyu à plusieurs centaines d’euros, surtout là pour montrer l’attachement du gérant aux produits d’exception.

Formule midi, 18 €. Ticket moyen, 30-35 €. 68, rue de la Gare. Ouvert 7 j/7 de 11 h à 23 h 30. Tél.: 06 66 07 47 56. piano-bar-restaurant-lens.fr

EXPÉRIENCES

5. Escape game au stade

Ce n’est trahir aucun secret que de dire que le foot est ici une religion et le stade Bollaert-Delelis, son temple ! Construit en 1932 à l’initiative de Félix Bollaert, paternaliste directeur de la Compagnie des mines de Lens, afin d’occuper les ouvriers sur leur temps de loisir, le stade n’est autre qu’un réceptacle des valeurs héritées de la mine : solidarité, fierté, fidélité. Pour permettre de pénétrer dans le saint des saints, l’office de tourisme et le Racing Club de Lens ont imaginé un escape game qui fait vibrer fervents supporteurs autant que curieux de passage. Situées sous la tribune Trannin, les salles de jeux cachent deux énigmes : en 1 h, il faut s’échapper du vestiaire dans lequel on a été enfermé ou bien retrouver la trace du président du club. Comme dans un vrai match, esprit d’équipe, communication et logique sont requis… Surprises et adrénaline garanties.

Voir aussi :  Laponie Echappées belles

De 19 € à 31 €, pour 3 à 7 joueurs. Avenue Alfred-Maes (entrée par l’allée Marc-Vivien Foe). escapebollaert.com

Atelier bière

Autre grande passion de la région : le houblon ! Visites commentées, dégustations et stages de brassage ne manquent pas dans les brasseries locales. Des week-ends thématiques entiers sont même organisés par l’office de tourisme. Pour découvrir ce savoir-faire unique, passez à la brasserie artisanale des frères Stéphane et Vincent Bogaert, fondée en 2003 à Aix-Noulette, à 10 km de Lens. L’établissement propose des visites et un escape game où les équipes baptisées « Blonde », « Ambrée » et « Blanche » sont en quête de la fameuse page 24 du grimoire sur laquelle serait divulguée la recette de la « sainte bière »…

Visite le samedi à 10h30 et 16 h, 6 €. « Escape-Bière », 24,50 €, de 3 à 7 joueurs. Brasserie Saint-Germain, 26, route d’Arras, 62160 Aix-Noulette. Tél. : 03 21 72 24 24. page24.fr

EXCURSIONS

Site mémoriel

Sur la colline de Notre-Dame de Lorette, à 11 km du centre-ville (accessible en transport en commun), des gardes d’honneur bénévoles accueillent et renseignent le visiteur. Ils veillent sur la Nécropole nationale de Lorette, le plus grand cimetière militaire de France, classé par l’Unesco en septembre dernier. Ici reposent plus de 42 000 hommes morts en 1915 sur le front de l’Artois. Depuis 2014, un anneau de la mémoire complète ce site à forte teneur émotionnelle. Sur ce chef-d’œuvre architectural de 345 m de périmètre, près de 580 000 noms de soldats tombés entre 1914 et 1918 et listés sans aucune distinction de nationalité, de grade ou de religion : inédit.

D58E3, chemin du Mont-de-Lorette, 62153 Ablain-Saint-Nazaire. Tél.: 03 21 74 83 15. memorial1418.com

Entre lacs et terrils

Un cadre naturel insoupçonné, c’est ce que permet de découvrir cette randonnée de 14,6 km – comptez 4h15, mais deux parcours plus courts sont possibles – au départ du lac de Montigny, à 9 km. Elle passe par le lagunage et le bois de Florimond, les berges de la Souchez, le marais de la Galance… mais n’occulte jamais ce qui rythme le paysage : les terrils.

Départ : 2, place du Bicentenaire, 62640 Montigny-en-Gohelle. Association Les Marcheurs de la Gohelle, renseignements auprès de Pascaline : 06 30 70 40 75.

Le lac Montigny à Montigny-en-Gohelle.
Elodie Declerck

Le contenu de cet article a été rédigé de manière indépendante par la rédaction. Lorsque vous effectuez une réservation via nos liens partenaires, Le Figaro peut percevoir une commission.



Source link

Vous aimerez aussi...