Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères


Un séjour à l’étranger implique pour tout voyageur de prendre certaines précautions de santé. La rubrique ci-dessous mentionne les indications essentielles. Toutefois, ces indications ne dispensent pas le voyageur d’une consultation avant le départ chez son médecin traitant et/ou dans un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages (et ceci suffisamment longtemps avant le départ, pour permettre les rappels de vaccins).

Avant le départ

• Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation…) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade de France sur place. Les structures sanitaires malgaches ne répondant pas aux normes européennes, cette mesure est indispensable. Il n’existe pas d’infrastructure opératoire sur place. La seule possibilité est un transfert sur un centre hospitalier spécialisé à La Réunion ou en France.

Recommandations pour votre santé

Consulter si besoin son médecin traitant ou un centre de vaccinations internationales pour faire une évaluation de son état de santé, et bénéficier de recommandations sanitaires notamment sur les vaccinations. Consulter éventuellement son dentiste avant votre départ.

Constituer une pharmacie personnelle en conséquence et n’emporter que les médicaments nécessaires ; ne jamais consommer des médicaments achetés dans la rue (risque de contrefaçons). Pour plus d’informations, consulter la fiche Infos Pratiques.

Vaccinations

  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées : assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi pour celles liées à la zone géographique visitée.
  • Ainsi, la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant rubéole, oreillons et rougeole chez l’enfant (cf ci-après). La vaccination antituberculeuse est également souhaitable.
  • Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B peuvent être recommandées.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas en fonction des conditions et lieux de séjour. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales. En cas de griffure ou de morsure, consulter un médecin ou le dispensaire de l’Institut Pasteur à Tananarive (+261 22 401 64). L’Institut Pasteur peut également fournir la liste et les coordonnées des centres de vaccination antirabique.

Risques sanitaires

• Maladies transmises par les moustiques

Paludisme

Le paludisme est en augmentation à Madagascar depuis 2012. Il est transmis habituellement dans les régions côtières, en particulier sur les côtes est (dont l’Ile Sainte Marie), nord (dont Nosy Be) et ouest, mais aussi dans les zones de Maevatanana, d’Ankazobe et de Tuléar. La transmission s’est étendue aux hautes-terres centrales, y compris dans la capitale Tananarive.

Voir aussi :  ANDRE x VOYAGE - POROK I GREH

Le paludisme (ou malaria) est une maladie parasitaire (potentiellement grave) transmise par les piqûres de moustiques. Il existe deux formes de prévention complémentaires du paludisme : la protection contre les moustiques et le traitement médicamenteux. Les mesures classiques de protection contre les moustiques durant la soirée et la nuit sont fortement recommandées (cf. ci-après). Pour ce qui est du traitement médicamenteux, il convient de s’adresser avant le départ à son médecin traitant ou à un centre hospitalier spécialisé dans la médecine des voyages. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement antipaludique éventuel. Il est important de signaler lors de cette consultation que vous avez voyagé récemment.

Chikungunya – Dengue

La transmission du chikungunya ou de la dengue est possible. Comme dans d’autres pays de l’océan Indien, de nombreux cas de fièvre évoquant le virus de la dengue sont recensés sur la côte nord-est de Madagascar, notamment à Antalaha et Sambava. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf. ci-après).

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

Maladie à virus Zika

A ce jour, aucun cas suspect ou confirmé de maladie due au virus Zika n’a été déclaré à Madagascar.

Les moustiques vecteurs par lesquels le virus Zika peut se transmettre sont néanmoins présents à Madagascar. Il est donc important de se prémunir de toute piqure de moustiques par le recours à des mesures de protection individuelle (ci-dessus), que ce soit en prévention de Zika ou d’autres virus/infections transmises par les moustiques.

Il est recommandé à tous :

• De respecter les mesures habituelles de prévention des piqûres de moustique (porter des vêtements longs et couvrants, utiliser des répulsifs anti-moustiques — voir dengue supra : utiliser un produit adapté- utiliser la climatisation et des moustiquaires), ceci tant la nuit que le jour.

• De consulter un médecin en cas de fièvre survenant pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France.

• Il est conseillé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de reporter leur voyage, et à défaut, de respecter les mesures de prévention des piqûres de moustique, d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant le voyage, et d’éviter tout rapport sexuel non protégé avec une personne ayant pu être infectée par le virus Zika.

Voir aussi :  L'équipe d'Échappées Belles en tournage en Finlande

En savoir plus :

1/ Dossier d’informations sur la maladie à virus Zika (site du ministère en charge de la Santé).

2/ Recommandations pour la prévention des piqûres de moustiques.

3/ Recommandations pour les femmes enceintes (site du ministère en charge de la Santé).

4/ Risque de transmission par voie sexuelle : site du Haut conseil de la santé publique.

• Autres affections

Rougeole

Une recrudescence de cas de rougeole touche Madagascar depuis l’été 2018. La rougeole est une maladie hautement contagieuse due à un virus qui se transmet par la toux, les éternuements et les sécrétions nasales.

La vaccination est essentielle ; il convient avant le départ de consulter son médecin ou un centre de vaccination internationale, notamment en cas de voyage avec des enfants ou pour les femmes enceintes.

Plus d’informations sur la maladie et l’épidémie :
https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/informations-pratiques/article/resurgence-de-la-rougeole

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/rougeole/article/la-rougeole

Plus d’informations sur la vaccination : https://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Rougeole.

Peste

La peste est présente de façon endémique dans le pays notamment dans les régions reculées des hautes terres (habituellement à plus de 800 mètres d’altitude). On dénombre également des cas isolés hors des zones de présence endémique. Des cas occasionnels et isolés de peste surviennent régulièrement notamment entre septembre et avril.

La peste est une maladie des rongeurs, principalement véhiculée par le rat, et transmise à l’homme par piqûres de puces de rongeurs infectés. Chez l’homme, la maladie revêt deux formes principales : la peste bubonique et la peste pulmonaire, contagieuse (transmission directe interhumaine).

Les symptômes généralement observés sont proches d’un syndrome grippal :

• Pour la peste bubonique : forte fièvre, inflammation de ganglion avec tension douloureuse des tissus (le ‘bubon’), altération importante de l’état général

• Pour la peste pulmonaire : fièvre, toux avec crachats rosés ou striés de sang, détresse respiratoire, douleurs et diarrhée possibles, dégradation rapide (<48h) de l’état respiratoire

Compte tenu de la faible probabilité pour les touristes de contracter la peste, il n’y a pas de mesure de prévention systématique hormis pour les personnes devant séjourner dans les lieux insalubres et/ou chez l’habitant dans des villages isolés des hauts plateaux.

Il faut éviter tout contact avec des sujets malades et avec des rongeurs, vivants ou morts, et se protéger des piqûres de puces par des répulsifs cutanés (http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-microbiologiques-physiques-et-chimiques/especes-nuisibles-et-parasites/repulsifs-moustiques).

Il est recommandé de consulter un médecin avant un voyage dans ces zones, pour la prise éventuelle d’un traitement adapté qui, administré précocement, est généralement très efficace.

En cas de symptômes ou de doutes, il est recommandé de consulter rapidement un médecin.

En cas de fièvre associée à des symptômes respiratoires (difficultés respiratoires, toux ou crachats de sang) dans les 7 jours qui suivent le retour en France, il convient d’appeler immédiatement le centre 15 (téléphone : 15) en signalant ce voyage.

Pour plus d’informations :
http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/peste
http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_peste_16102017.pdf

Infection par le virus HIV – IST

Concernant les maladies sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage (utilisation d’un préservatif lors de tout rapport sexuel, non utilisation d’objets coupants, piquants ou tranchants souillés ou déjà utilisés) en la matière et d’éviter les comportements à risque. En cas de prise de risque, se rendre immédiatement (moins de 48h) dans un centre de santé ou un hôpital pour obtenir la prophylaxie post-exposition contre l’infection à VIH.

Voir aussi :  Un avion de « Air France » échappe à un crash : DJ Arafat DJ et Molare très touchés…

Quelques règles simples

  • Maintenir une hygiène corporelle stricte (risque de mycoses).
  • Éviter la pratique du sport aux heures chaudes de la journée en été.
  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire). La bilharziose (potentiellement grave) est présente dans tous les plans et cours d’eau douce du pays.
  • Éviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides.
  • Se tenir à distance des cadavres d’animaux, des animaux et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage) ; ne pas caresser les animaux que vous rencontrez.
  • La viande de porc étant susceptible de contenir des résidus anormaux d’antibiotiques et d’anabolisants, il est conseillé, notamment aux personnes allergiques, d’éviter d’en consommer régulièrement.
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité, port du casque en deux roues). Si vous utilisez les transports en communs, privilégiez des véhicules récents et bien maintenus. Si vous louez des voitures, choisissez des agences officielles ou reconnues et vérifiez toujours l’état des pneus avant le départ.

Se préserver des contaminations digestives ou de contact :

  • Se laver les mains régulièrement avec des solutions de lavage hydro-alcooliques, surtout avant et après les repas ou le passage aux toilettes.
  • Veiller à la qualité des aliments et surtout à leur bonne cuisson.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; peler les fruits ou légumes ou bien les laver (à l’eau saine). Idéalement, les faire tremper dans de l’eau avec quelques gouttes d’eau de javel, de permanganate de potassium ou de vinaigre blanc.
  • Éviter les crudités, coquillages, plats réchauffés et buffets froids.
  • Ne boire que des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant).
  • Éviter les glaçons et glaces, ainsi que la consommation de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés. Ne consommer que du lait pasteurisé ou bouilli.
  • Respecter les règles d’hygiène de base et nettoyer avec attention les cuisines, salles de bain et WC.

Pour de plus amples renseignements, consulter les sites Internet suivants :

Institut Pasteur

Santé publique France

Organisation mondiale de la Santé



Source link

Vous aimerez aussi...