que faire si vous êtes sur place ou sur le point de partir ?


Le ministère des Affaires étrangères ouvre un «desk» d’urgence à l’aéroport de Rhodes. Que faire si êtes sur place ou sur le point de partir ? Nos conseils selon que vous voyagez individuellement, via une agence…

La plus longue canicule de l’histoire de Grèce continue de sévir, et le pays subit en parallèle de nombreux incendies, dont les plus critiques sont localisés dans des zones des îles de Rhodes (Dodécanèse) et Corfou (îles Ioniennes). Comme l’an passé, fortes chaleurs et sinistres aggravés par la sécheresse et les vents percutent de plein fouet l’économie touristique du pays qui accueille des millions de visiteurs en été, dont de nombreux Français qui voient leur séjour gâché. Et pour ceux qui ont prévu un voyage prochainement, les interrogations sont nombreuses. À ce jour, le gouvernement déconseille seulement de voyager à Rhodes «en l’absence d’informations permettant de s’assurer de conditions d’hébergement en toute sécurité».

«Actuellement, nous dénombrons environ 4000 Français ayant souscrit un voyage organisé présents à Rhodes», contextualise Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du voyage (EDV), l’organisme qui représente le voyage organisé en France (agences de voyage et tour-opérateurs comme TUI, Fram, Kappa Club…). Bien plus s’y trouvent en comptant ceux qui voyagent individuellement. Voici ce qu’il faut savoir si vous êtes sur place ou sur le point de partir.

Quelle est la situation en Grèce sur le front des incendies et que recommandent les autorités ?

En ce lundi, deux grandes destinations touristiques, l’île de Rhodes dans le Dodécanèse, et celle de Corfou, en mer Ionienne, procèdent à des évacuations partielles d’estivants face au danger des flammes.

Plusieurs milliers de touristes Français sont donc concernés et un Centre de crise et de soutien (CDCS) spécifique du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est activé.

Sur sa page web, France Diplomatie ne déconseille pas formellement de voyager à Rhodes (2,5 millions de visiteurs annuels), où seule la zone sud de l’île est pour le moment frappée par les incendies. Voici la carte publiée ce matin sur le site de l’Ambassade :

Voir aussi :  Aung et l'oiseau
Capture d’écran du site de l’Ambassade de France en Grèce, ce lundi. Capture d’écran

Des foyers d’incendies sont également actifs en Grèce continentale, à Aigio, dans le nord du Péloponnèse, et en Béotie, dans le nord d’Athènes. Karystos dans le sud de l’île d’Eubée, est également la proie des flammes.

De nombreuses régions du pays demeurent ce lundi «en alerte rouge», c’est-à-dire en «danger extrême» face aux feux de forêt, selon les autorités. Toutefois, «aucune localité dans la nuit de dimanche à lundi n’était menacée par les flammes», assure une responsable du bureau de presse des sapeurs-pompiers. Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré ce lundi que le pays a «encore trois jours difficiles» devant lui en raison des températures élevées.

Quels sont les interlocuteurs, les sites web et les numéros d’urgence à connaître ?

À l’aéroport de Rhodes, le ministère des Affaires étrangères a ouvert ce lundi matin un «desk France» pour conseiller les ressortissants nationaux et les accompagner, notamment ceux qui auraient égaré leurs papiers.

Les sites et numéros à connaître :

Si vous voyagez en individuel (hors voyage organisé), il est important de vous faire connaître des autorités et, pour cela, de vous inscrire gratuitement sur Ariane. Ce service de ministère des Affaires étrangères permet deux choses lorsque vous voyagez à l’étranger : en cas de crise, de vous contacter sur votre téléphone portable au cas où des opérations de secours seraient organisées, par exemple en cas de rapatriement ; ou encore pour joindre rapidement votre famille ou vos proches en France.

Quelle est la situation des vols vers et depuis l’île de Rhodes ?

Même à Rhodes, où l’incendie, toujours non maîtrisé, dévore la partie sud de l’île pour le septième jour consécutif lundi, l’aéroport reste ouvert et aucun vol de rapatriement spécifique n’est à l’œuvre. Les compagnies françaises Air France et Transavia avaient même assuré normalement leurs liaisons depuis l’Hexagone vers Rhodes dimanche et ne prévoyaient pas d’annulation.

Voir aussi :  Anjou : Contempler les cerisiers en fleurs au Parc oriental de Maulévrier

Le ton a légèrement changé ce lundi. Air France a annoncé qu’elle «augmente la capacité de ses avions au départ de Rhodes vers la France […] lundi 24 juillet», selon le site de l’ambassade de France en Grèce.

Côté Transavia, «nous proposons aux passagers détenteurs d’un billet vers Rhodes entre le 24 et le 31 juillet d’échanger sans frais leur billet pour Rhodes ou une autre destination», indique ce matin au Figaro la filiale low cost d’Air France. L’échange «gratuit» des billets fait normalement l’objet d’une option payante. Cet été, Transavia dessert Rhodes quotidiennement depuis les aéroports de Paris – Orly (une rotation) et à fréquence bi-hebdomadaire Nantes (les jeudi et dimanche). L’éventuel retour des touristes depuis Rhodes s’effectue donc via les rotations normales.

Du côté des compagnies étrangères, hormis la britannique Jet2, on peut toujours acheter des billets vers Rhodes chez Ryanair, easyJet ou British Airways, ce qui ne manque pas de soulever de vives critiques sur les réseaux sociaux, notamment.

Que faire si vous êtes voyageur individuel ?

C’est la situation dans laquelle on se sent le plus démuni : vols, hébergement… Tout a été souscrit individuellement avec le choix de prendre, ou pas, des assurances ou garanties annulation plus ou moins efficaces. Pour ceux qui sont concernés par des événements de force majeure, comme une évacuation en cas d’incendie, le schéma est a priori que tout sera pris en charge : hébergement d’urgence, etc.

Dans le cas contraire, la règle est grosso modo que si l’annulation ne vient pas des opérateurs (une compagnie annule un vol ; l’hôtel vous évacue…), toute initiative individuelle entre dans le régime des conditions générales de vente : vous supportez financièrement une annulation, sous réserve des options ou assurances souscrites. Mieux vaut donc contacter l’opérateur et attendre que l’annulation vienne de sa part.

Voir aussi :  au ski, comment se faciliter la vie avec les tout-petits

Que faire si vous êtes en voyage organisé ?

Passer par une agence de voyage reste le schéma le plus protecteur pour le touriste, le professionnel étant tenu de mettre à disposition une hotline, prendre en charge les frais d’urgence incluant les vols, gérer les remboursements… Chez les voyagistes, TUI a été le premier à réagir dimanche, en annonçant suspendre jusqu’à ce mardi l’acheminement de ses clients vers Rhodes. Le géant allemand maintient toutefois ses vols à vide pour évacuer tout ou partie de ses 7800 clients (sur 40 000) qui se trouvent actuellement évacués de leur lieu de séjour sur l’île du Dodécanèse.

Ce lundi, TUI est imité par les autres voyagistes. « Tous ont suspendu les départs jusqu’à demain mardi pour le moment», annonce ce matin au Figaro Valérie Boned, la secrétaire générale des EDV. Des vols Lille-Rhodes sont partis à vide pour rapatrier les clients des agences concernés par les évacuations.

Selon elle, les agences vont faire preuve d’une «grande flexibilité» envers les clients qui ont souscrit un voyage à forfait vers Rhodes et qui doivent s’envoler prochainement : «proposer des reports de voyage ou de destination peut faire partie des options», indique-t-elle. Un point important sachant qu’annuler aujourd’hui un voyage à Rhodes prévu en août par crainte d’un incendie, par exemple, n’entre pas dans le cadre de circonstances exceptionnelles ouvrant droit à remboursement.


Vidéo – Grèce: à Rhodes, un incendie à l’origine de «la plus grande opération d’évacuation jamais effectuée» dans le pays



Source link

Vous aimerez aussi...