Que voir, que faire à Évian ? Nos activités incontournables dans l’élégante cité de Haute-Savoie


Palais belle époque, lac Léman et montagnes : le fleuron du pays d’Évian-vallée d’abondance, pays d’art et d’histoire cultive ses atouts.

Le voyage est le sujet de prédilection des passionnés épris de liberté. « Artistes voyageuses, l’appel des lointains, 1880-1944 », l’exposition du moment à Évian, est à voir jusqu’au 21 mai au Palais Lumière, réalisée en collaboration avec le Musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Voici 200 photographies, peintures, dessins, sculptures et affiches de 40 artistes, de la Belle Époque à la Seconde Guerre mondiale. Dès les années 1920, les territoires de « la plus grande France » les invitent aux voyages, de l’Afrique équatoriale à Madagascar, l’Indochine, le Tibet, l’Inde et la Chine.

La scénographie présente d’entrée leurs portraits sur des toiles géantes. Ce qui donne de l’intensité à la lecture de leur art et de leur caractère. Ce sont des curieuses, des frondeuses, des éclaireuses. L’incarnation de la « femme nouvelle », actrice de son destin, avec une volonté farouche de révéler un monde qu’elle sillonne ; des avant-gardistes ouvrant notre regard, aujourd’hui encore. Étonnant, à Évian, pourrait-on penser. Le Palais Lumière présente des expositions de référence. La prochaine sera consacrée à Man Ray (dès le 1er juillet). Autrefois, c’est là que la bourgeoisie européenne venait « prendre les eaux ». Aujourd’hui, c’est un lieu culturel (expositions, médiathèque et centre des congrès) ; il porte le nom des frères Lumière, les inventeurs du cinéma qui passaient leurs vacances dans la villa voisine (1896) devenue l’hôtel de ville dont une partie est ouverte à la visite. Un bijou.

Visites commentées samedis et dimanches 14 h 30 et 16 h. palaislumiere.fr

Que visiter à Evian ?

PRENDRE LES EAUX ET VOIR LE BEAU

Les charmantes ruelles du centre-ville. Michal Ludwiczak

Commencer le voyage par les eaux, en naviguant sur le plus grand lac alpin et subalpin d’Europe, le Léman, qui borde Évian. Depuis Lausanne, la traversée est douce, l’évasion immédiate. On aperçoit la superbe de cette petite ville en terrasses (375-700 m) de Haute-Savoie. À quai, Évian dévoile son style Belle Époque, le plateau de Gavot et la Dent d’Oche (2 221 m) en toile de fond.

Et une curiosité : des sculptures en bois flotté, les « flottins » du Théâtre de la Toupine. Après 35 minutes sur les flots, plongez dans l’histoire. Deux options : monter vers la rue nationale ou cheminer sur les quais. Le bâti qui fait l’unicité et l’unité d’Évian s’impose au regard. On explore à pied. L’idéal est d’emprunter le circuit historique (24 étapes) en suivant les médaillons en bronze au sol (en forme de goutte d’eau) ou en étant guidé (visites d’avril à septembre), pour découvrir les monuments classés : l’hôtel de ville, le Palais Lumière, le Casino (1912) et sa coupole festonnée, le Théâtre du Casino (1885), décrit comme un « bijou architectural qui n’a rien à envier aux salles parisiennes ». Puis faire sa première gaffe, derrière l’église. Les gaffes sont des passages piétons entre les immeubles, typiques.

Voir aussi :  Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

La gaffe des Francs permet de découvrir Évian la médiévale. Puis faire une pause au 37B, rue Nationale, au café brocante (Couleur Café), et passer devant la buvette Cachat. Voilà qui conduit à la source du même nom, à l’origine de la renommée d’Évian ; les propriétés thérapeutiques de son eau minérale naturelle ont été découvertes en 1789. On vient à Évian en cure ou pour une bulle au spa, aux Thermes, en lieu et place de la buvette Novarina-Prouvé. Autrefois, les curistes logeaient sur les hauteurs, empruntant le funiculaire de 1907, jusqu’à l’Hôtel Royal. À l’arrivée, un quartier singulier : Les Mateirons, haut lieu de villégiature des curistes fortunés. Leurs villas (35) sont des curiosités, au style régionaliste : du cottage anglais au chalet suisse en passant par le ker breton ou le néobasque. En redescendant, toquer aux portes des artistes de la rue Gustave et Pierre Girod. Pour découvrir l’art, et l’art de vivre à Évian.
Visite historique (avril-septembre). En été : balade contée, Belle Époque et quartier des Mateirons. evian-tourisme.com

LA VILLA DU CHÂTELET

À Évian, les villas se suivent mais ne se ressemblent pas. À l’image de ces trois voisines (savoyarde, Belle Époque et basque) aux 39-41-43, quai Paul Léger. Il en est une très belle et Belle Époque : la Villa du Châtelet, animée par Les amis de la Villa du Châtelet, avec un lieu d’exposition de la mémoire historique et artistique, et des rencontres intellectuelles (philo, histoire de l’art, livres, musique). À 8 minutes à pied de l’embarcadère, cette villa 1900 ressemble à un petit château : une façade rythmée par des balcons, colonnes à chapiteaux ouvragés, de larges baies vitrées et 55 fenêtres, certaines avec des vitraux. À l’intérieur : les parquets et les ornements anciens offrent un bond dans le passé, à vivre autour d’un thé dans les salons feutrés ou d’une promenade dans ses jardins secrets.
Ouvert du mercredi au dimanche. Visites commentées. 31, quai Paul Léger. Tél. : 04 50 83 63 53. evianchatelet.org

ATELIER : LES PERLES DU LÉMAN

Les perles de Saint-Gingolph, aussi appelées du Léman ou du lac : un bijou prisé au début du XXe siècle par les bourgeoises genevoises, qui débarquaient pour y trouver perles à leur cou. Jean-Loïc Selo connaît l’histoire. Il en écrit un nouveau chapitre en faisant renaître cette perle disparue en 1974. Le secret de sa beauté ? La nacre des écailles des poissons du lac. Le chimiste, devenu artiste et alchimiste, affectionne celles de la féra pour son éclat et ses nuances irisées. Son complice, ­David Bened, est un pêcheur du lac. La fabrication, mariant tradition et modernité, est un savoir-faire qu’il révèle aux visiteurs dans son atelier boutique avec vue sur le lac. À découvrir : une collection de 84 bijoux qui a fait son succès. En deux ans, le créateur a reçu la visite de grandes maisons de joaillerie.
Visite sur demande. Route Cantonale 6 (Saint-Gingolph, Suisse). Tél. : + 41 78 601 00 88. perlesdulac.ch

DISTILLERIE ARTISANALE DE LA DENT D’OCHE

Cent ans de tradition, quatrième génération. Autrefois, la distillerie était ambulante, passant de village en village distiller les crus de chacun. Depuis trente-cinq ans, le chariot est posé à Bernex (15 minutes d’Évian). Geneviève et Jean-Pierre cultivent la passion, le savoir-faire et les techniques de leurs aînés. Ils produisent des spiritueux, liqueurs, crèmes à base de fruits frais (poire william, prune, framboise, gentiane, verveine, hysope, châtaigne, bourgeon de sapin, violette, gratte-cul, génépi…). On les trouve au magasin de Bernex, à La Cave à Paul et la Ferme du noyer (Évian). La recette la plus locale ? L’apéritif du « bernoland » : invention maison à base de vin rouge, griottes macérées, vanille et eau-de-vie kirsch… À consommer avec modération, évidemment.
Visite gratuite sur demande (1 h). 10, route de Grange Blanche (Bernex). Tél. : 04 50 81 76 94. distillerie-artisanale.com

Quelles excursions au départ d’Evian ?

EN ABONDANCE

Voir aussi :  Asie 2019 20
Le lac des Plagnes, perché à 1200 m, se trouve au sud d’Abondance. Yvan Tisseyre / Collection Particulière

Il est des lieux sacrés si discrets qu’ils méritent un arrêt : l’abbaye d’Abondance (XIIe siècle), témoin architectural et artistique de la Savoie médiévale, joyau patrimonial de la vallée d’Abondance. Remarquables : le cloître aux peintures murales du XVe siècle bien conservées, l’église au chœur aux sept chapelles et ses trompe-l’œil, et l’espace d’exposition dédié à l’art sacré de la vallée. À 5 minutes à pied, autre trésor patrimonial, gourmand : la Maison du fromage abondance s’explore au gré d’un parcours sensoriel de l’alpage à la table (9 étapes).

Quelque 60 agriculteurs sont encore en activité au cœur de l’AOP Abondance. Un fromage affiné 100 jours sur des planches d’épicéa, à déguster – avant ou après une balade au lac des Plagnes tout près – sur place et à emporter, en souvenir du goût de cette vallée préservée. On peut aussi déjeuner à L’Ôberge de BounavÔ (Bonnevaux), véritable ode au terroir.
Visites commentées. Pôle culturel d’Abondance. Tél. : 04 50 81 60 54.

EN PANORAMIQUE

Depuis Thollon-les-Mémises (15 minutes d’Évian), on saisit ­l’immensité naturelle de ce Pays d’Évian, le lac et le Géoparc du Chablais, la Dent d’Oche en repère d’un territoire montagnard. Pour un premier aperçu plein la vue, s’offrir une montée au Belvédère de Hucel (966 m). Ce promontoire est stratégique pour observer la migration des oiseaux qui traversent le Léman au printemps jusqu’à fin mai (buses variables, milans noirs, éperviers), et pour s’envoler en ­parapente. On peut aussi prendre de la hauteur en cheminant sur les 80 km de sentiers de randonnée ­balisés, avec Bertille Favre, accompagnatrice en montagne et guide du patrimoine. Pour la pause déjeuner : Les Balcons du Lac, accessibles par la télécabine des Mémises (dès le 29 avril), bistronomique et ­panoramique.
paysdevian-valleedabondance.com

Où dormir à Evian ?

3. HÔTEL ROYAL

Le bar de l’Hôtel Royal. Guillaume de Laubier

Navire amiral de l’hôtellerie chic d’Évian, triomphant sur les hauteurs, ce 5-étoiles brille par la majesté de son architecture historique (1909). Une œuvre d’art Belle Époque. Depuis les balcons des chambres ou du parc, la vue est royale ; sur le lac, Lausanne et les montagnes du Jura sont à l’horizon. Autrefois, les curistes fortunés s’y reposaient.

Aujourd’hui, l’hôtel est un palace raffiné de 150 chambres dont 32 suites, décorées de meubles d’époque en merisier et citronnier, de marbre et de laiton. Dans les codes. Aux murs, des œuvres d’art signées ajoutent modernité et solennité. Grandeur et chaleur, avec les velours en fil conducteur jusqu’au lobby tout en art avec ses fresques au plafond (1927). Côté tables : le chef Patrice Vander et sa brigade officient aux Fresques (1 étoile) et à La Véranda. À noter une carte des vins digne du rang, et une exclusivité, le vin maison « Cuvée complicité », créé par le sommelier et un vigneron de Marin. Tout ici est grandiose, en osmose avec la nature environnante et l’élégance régnante. Dans le parc également : l’hôtel Ermitage, le 4-étoiles de l’Évian Resort, à 10 minutes du golf, une référence.
À partir de 399 € la nuit en chambre Séjour vue lac. 13, avenue des Mateirons. Tél. : 04 50 26 85 00. hotel-royal-evian.com

SAVOY HÔTEL ÉVIAN

Voir aussi :  Voyage en famille chez les Akhas en Thaïlande

Un petit hôtel de charme de 31 chambres dont la majorité donne sur le Léman. Sa façade Belle Époque est classée. Son toit terrasse offre une vue panoramique sur le lac. À deux pas du centre thermal et du casino, c’est une adresse idéale pour tout voyageur souhaitant poser ses valises à la descente du bateau en provenance de Lausanne. L’embarcadère est à 100 m seulement.
À partir de 120 € la nuit en chambre double. 17, quai Besson. Tél. : 04 50 83 15 00. hotel-savoy-evian.com

Où s’attabler ?

CHEZ MATHILDE

À 10 minutes d’Évian : une pépite, l’antre de la gourmandise 100 % locale, fraîche, simple et fine à la fois. Comme Mathilde. Le retour de pêche est garanti. Fille de (Éric Jacquier, pêcheur du lac Léman), mais pas seulement : Mathilde a affûté son art dans de grandes maisons. Elle est aujourd’hui chef de sa table à laquelle la féra, poisson roi, trône en carpaccio, rillettes, croque-monsieur ou filet assaisonné d’herbes cueillies tout près. À la carte : la cuisine du marché selon l’arrivage des producteurs locaux. Le circuit court et l’amour (du produit) sont des valeurs partagées avec ses hôtes. Mathilde sert aussi son sourire.
Du mercredi midi au dimanche soir. Carte : entrées 11 €, plats 28 €. 97, route de Lugrin (Maxilly-sur-Léman). Tél. : 04 50 74 36 31. restaurant-chez-mathilde.com

LE MURATORE

Le bistrot culinaire d’Évian. En cheminant dans la rue Nationale, on passe devant, forcément. Il est conseillé de s’y attabler pour ­plonger en entrée dans l’atmosphère Belle Époque (bois foncés et velours rouge) avant de ne pas résister au plat. À la carte de Marc Serres, le goût du terroir : croustillant d’abondance fermier, truite de ­Savoie fumée, filet d’omble chevalier, féra du Léman et perches ­poêlées. Rognons, bavette, tartare : les standards des bistrots sont aussi en place. Élémentaire.
Fermé dimanche soir et lundi. Carte : entrées 15 €, plats 21 €. 8, place du Docteur Jean Bernex. Tél. : 04 50 92 82 49. muratore-restaurant-evian.com



Source link

Vous aimerez aussi...