incendies et canicule pèsent-ils sur le choix des voyageurs ?


Face aux images de destinations en proie aux fortes chaleurs ou aux incendies, certains vacanciers sont tentés de mettre le cap vers des régions plus clémentes. Mais ce phénomène de report est marginal, assurent les professionnels.

L’Islande plutôt que les îles grecques, la Côte d’Opale plutôt que la Côte d’Azur… Alors que le pourtour méditerranéen, zone où se cristallisent avec violence les effets du dérèglement climatique, des températures extrêmes aux incendies comme ceux de Rhodes ou de Sicile, certains Français pourraient changer leurs plans pour cet été. Si les voyageurs ayant déjà réservé leur séjour peuvent difficilement le reporter ou l’annuler, ceux qui s’organisent en dernière minute sont encore libres de choisir où poser leurs valises en août. Et de privilégier des destinations aux conditions plus clémentes ?

Abritel note en tout cas un intérêt croissant pour le quart Nord-Ouest de la France, traditionnellement connu pour sa relative fraîcheur. «Les recherches de locations de vacances sur les côtes de la Manche , de la Bretagne au Pas-de-Calais, ont augmenté de 30% en moyenne au cours des deux premières semaines de juillet» par rapport à la première moitié du mois de juin dernier, nous indique le spécialiste des locations de vacances.

Un phénomène qui s’observe également pour les départs en dernière minute. La plateforme constate en effet que les locations dans les départements du Finistère et du Pas-de-Calais sont encore plus recherchées que dans le Var pour un départ courant août. Et de souligner un autre avantage de ces destinations «au frais» : les locations y coûtent entre 30 et 50 % de moins que sur le littoral méditerranéen.

Voir aussi :  Voyager sans se déplacer grâce au métavers

«Le premier critère de choix reste le prix»

Les professionnels ne nient pas l’inquiétude ou l’angoisse de certains voyageurs face aux images de chaos à Rhodes ou en Sicile. Mais ce phénomène de report vers des destinations plus clémentes est marginal, selon les professionnels. «Une partie des voyageurs peut en effet être légèrement influencée dans leur choix par la canicule, la sécheresse ou les incendies, mais cela reste très marginal, estime François de Canson, président d’ADN Tourisme, la fédération nationale des organismes institutionnels du tourisme. Les départs de dernière minute se font généralement vers des destinations proches du domicile, que l’on choisit avant tout en fonction de son budget et du temps dont on dispose. Un Francilien va naturellement se diriger vers la Normandie ou la Bretagne en cas de vacances improvisées.»

Les événements climatiques récents ne semblent pas non plus bouleverser les habitudes des clients de Lidl Voyages. L’agence de voyages en ligne n’observe à ce jour aucune demande de report ou d’annulation vers les destinations touchées par les fortes chaleurs ou les incendies. «La Tunisie , l’Espagne et la Grèce constituent toujours les destinations les plus réservées, à la fois pour juillet et août et pour l’arrière-saison», observe Mélanie Lemarchand, fondatrice et responsable de Lidl Voyages France. «Le premier critère de choix d’une destination reste le prix, en particulier dans un contexte d’inflation où le panier moyen de nos dossiers a évolué de près de 20% par rapport à l’été dernier.» Et d’observer que les réservations de dernière minute sont en net recul par rapport aux précédentes années : «Plus de la moitié des dossiers pour l’été sont réservés entre janvier et mai.»

Voir aussi :  I Moved From Boston to Bangkok | Living in Thailand

«Nous enregistrons toujours des demandes pour la Grèce»

«Peu de gens modifient leur plan. Ils appellent parfois, peuvent être inquiets… mais nous enregistrons toujours des demandes pour la Grèce en août, par exemple», appuie Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du Voyage (EDV), qui représente les voyagistes.

«Si un de mes clients devait aller à Rhodes, je lui proposerai un report ou de modifier sa destination par exemple les Canaries, car il continue de désirer le soleil et la baignade », complète Raouf Benslimane, président du tour-opérateur ÔVoyages, spécialiste des destinations moyen-courrier ensoleillées (Grèce, Espagne, Portugal, Tunisie…).

Pour le PDG de Voyageurs du monde Jean-François Rial, «le réchauffement climatique va rendre des destinations de moins en moins fréquentables. Toute la Méditerranée est concernée, alors qu’elle est la principale destination des voyagistes européens, a-t-il déclaré à l’AFP. Cela peut être une chance pour faire baisser le surtourisme, en perdant certes des clients l’été mais en les augmentant sur les neuf autres mois». Pour Didier Arino, dirigeant du cabinet de conseil Protourisme, l’offre touristique va dans tous les cas être amenée à évoluer avec le climat : «On doit concevoir un peu différemment nos villes, les stations balnéaires, l’offre d’activités».


Vidéo – Le Portugal aussi confronté à des feux, pompiers et habitants luttent contre les feux de forêt à Cascais



Source link

Vous aimerez aussi...